Ecotaxe : le consensus s’annonce difficile

Nouveautés Actu 0

Le rapport parlementaire remis aujourd’hui propose un toilettage du dispositif plutôt qu’une totale remise à plat comme le souhaite Ségolène Royale

Reuters

L’écotaxe devrait encore susciter des débats dans les jours à venir. La mission parlementaire chargée du sujet doit en effet rendre aujourd’hui son rapport. Or, ce rapport est loin de s’inscrire dans la trajectoire voulue par la ministre de l’Ecologie, Ségolène Royale.

D’après Europe 1, qui a pu consulter le document, les députés préconisent avant tout un aménagement du dispositif et non une remise à plat comme souhaité par Ségolène Royale.

Quelles sont les pistes explorées ? Le rapport suggère par exemple d’exonérer les 400 premiers kilomètres afin de ne pas peser sur les petits trajets. En retour, les sociétés d’autoroutes pourraient être mises à contribution puisque de nombreux camions préfèreront emprunter le réseau autoroutier plutôt que des routes moins sécurisées et soumises à l’écotaxe.

Oubliée donc l’idée d’instaurer une vignette aux frontières pour les poids lourds. Il est vrai qu’une remise en cause plus profonde de l’écotaxe serait compliquée à mettre en place. Elle nécessiterait de trouver des recettes alternatives (l’Etat doit retirer 750 millions d’euros par an de l’écotaxe). Elle pourrait aussi se révéler coûteuse en cas de modification ou d’annulation du contrat avec la société Ecomouv. Selon les termes du contrat, une rupture des relations avec cette société chargée de gérer le dispositif écotaxe pourrait faire perdre jusqu’à 800 millions d’euros à l’Etat.

Dans leur rapport, les députés suggèrent d’ailleurs de maintenir le lien avec Ecomouv et pour tourner la page de la contestation ils proposent également de rebaptiser le système en « éco-redevance poids lourds».

Un tel toilettage suffira-t-il à faire taire les critiques ? Le gouvernement va en tout cas devoir trancher rapidement. Car plus il attend, plus le manque à gagner augmente.

Commentaires