Déclaration de revenus : attention à ne pas la négliger !

Astuces Actu 0

Même si une bonne partie des revenus de 2018 ne sera pas imposée, la déclaration servira à recalculer le taux de prélèvement à la source. D’où l’intérêt de la remplir avec soin.

iStock

Vous êtes salarié ou retraité et vous n’avez perçu en 2018 que des revenus récurrents ? Du fait de l’année blanche, ces revenus de 2018 ne subiront aucune imposition. Pour autant, il vous faudra remplir une déclaration de revenus à compter de la semaine prochaine. Et cette procédure ne sera pas à négliger.

Ajustement du taux de prélèvement

De fait, la déclaration établie cette année sera loin d’être superflue. Outre le fait qu’elle permettra de déterminer l’impôt de ceux qui ont reçu des revenus exceptionnels, elle servira aussi et surtout à recalculer les taux de prélèvement à la source applicables à compter de la rentrée prochaine.

Ainsi, même si vos revenus de 2018 sont totalement exonérés, vous aurez tout intérêt à établir votre déclaration avec soin pour obtenir le taux de prélèvement le plus juste.

Exemple

Prenons l’exemple d’un célibataire déclarant 40.000 euros de salaires par an et ayant 6.000 euros de frais professionnels. Ce contribuable peut choisir l’abattement habituel de 10% et être imposé sur 36.000 euros. Il peut aussi opter pour la déclaration aux frais réels et n’être imposé que sur 34.000 euros.

Année blanche oblige, ce choix n’aura pour une fois aucun impact sur le montant à régler. Notre contribuable sera exonéré dans les deux cas et pourrait donc penser qu’il est finalement plus simple de choisir l’abattement forfaitaire de 10%.

Ceci étant, il ne faut pas oublier que le fisc va se baser sur cette déclaration (et donc l’impôt théorique avant annulation) pour réviser le taux de prélèvement du contribuable.

Si ce célibataire choisi l’abattement forfaitaire, son impôt théorique sera de 5.002 euros et il sera prélevé au taux de 12,5% à partir de la rentrée. S’il choisit la déduction des frais réels, son impôt théorique sera seulement de 4.402 euros et son taux de 11,7%.

En prenant soin de bien remplir sa déclaration, ce contribuable économisera donc 0,8 point de prélèvement (27 euros par mois) et évitera ainsi de faire une avance qui ne sera régularisée qu’un an plus tard.

Ne pas omettre les déductions

Concrètement, il sera important de ne pas oublier de déclarer les abattements auxquels vous avez droit, même si cela semble à première vue inutile. Il conviendra par ailleurs de choisir la bonne option si un choix vous est laissé (frais réels ou abattement forfaitaire, rattachement des enfants au foyer ou détachement…).

Il est enfin à noter que les crédits d’impôt constituent désormais un cas à part. Ils ne sont pas pris en compte dans le calcul du taux et n’auront donc aucun effet sur les prélèvements opérés à la rentrée. La déclaration des dépenses éligibles aux crédits d’impôt permettra en revanche à l’administration de calculer le solder à recevoir ou à restituer après le paiement de l’acompte de 60% effectué en janvier dernier.

Commentaires (2)
  • lbda21
    lbda21posté le 02.04.2019 à 10:49

    taux de prélèvement qui sera toujours inexact pour le PAS de 2019 !

  • Journaliste
    Journalisteposté le 02.04.2019 à 12:21

    Effectivement, il faudra toujours procéder à une régularisation a posteriori en fonction des revenus réellement perçus en 2019. Un système progressif en fonction du revenu annuel ne pourra jamais s'adapter en temps réel.