« La rénovation énergétique des logements n’est plus une option »

Tendance Avis d'Expert 0

Tribune de Nicolas Moulin, fondateur de PrimesEnergie.fr.

PrimesEnergie.fr

Mi-août, le Conseil constitutionnel confirmait une mesure de la loi Climat et Résilience faisant débat : l’exclusion progressive du parc locatif des logements les plus énergivores. Si l’approche de la France était jusqu’à aujourd’hui d’inciter les Français à entreprendre des travaux en multipliant les mécanismes d’aides et d’accompagnement, l’exécutif a décidé de passer à une nouvelle phase d’obligation de réaliser ces travaux. Tour d’horizon sur ce qui attend les Français et ce qu’ils doivent savoir pour optimiser leurs projets.

Au moins 4,8 millions de passoires thermiques à rénover

Dès le 1er janvier 2023, les logements les plus énergivores (avec une consommation supérieure à 450 kWhep/m²/an) ne pourront plus être mis en location par leurs propriétaires. La même interdiction s’appliquera en 2025 pour l’ensemble des logements ayant une étiquette énergétique G, en 2028 pour les étiquettes F et 2034 pour les étiquettes E. Au total, cela représente actuellement 1,8 million de logements du parc locatif privé français, et 4,8 millions de logements si on comptabilise les résidences principales. Oui, le chantier est immense, mais loin d’être insurmontable à condition d’accompagner les Français.

A noter que l’étiquette G, selon le nouveau diagnostic de performance énergétique en vigueur depuis juillet 2021, correspond désormais aux logements avec une consommation supérieure à 420 kWhep/m²/an et/ou une empreinte carbone supérieure à 100kg CO2/m²/an.

Une simplification nécessaire des aides financières

Fin de l’isolation des combles à 1€, arrêt du « coup de pouce » permettant de remplacer une ancienne chaudière gaz par une plus performante… Le gouvernement aurait-il décidé de réduire les aides au financement des travaux de rénovation énergétique ? Non, il a fait en sorte de les simplifier.

Désormais, les ménages ont principalement droit à deux dispositifs : d’un côté la prime énergie, aide privée payée par les fournisseurs d’énergie via des acteurs comme PrimesEnergie.fr. De l’autre, MaPrimeRénov’, l’aide publique qui a remplacé l’ancien crédit d’impôt pour la transition énergétique.

La marche à suivre est simplifiée : avant de signer le devis de l’artisan, la première aide à demander est la prime énergie. Bon à savoir : quel que soit le type de travaux de rénovation énergétique entrepris, le particulier aura droit à une prime énergie. Celle-ci peut atteindre 4.500€ pour l’installation d’une pompe à chaleur, 900€ pour une chaudière à très haute performance énergétique, 10€/m² pour des travaux d’isolation des combles ou encore 50€ pour le remplacement d’une fenêtre. Une fois la prime énergie demandée, et toujours avant de signer le devis, le particulier pourra ensuite demander MaPrimeRénov’. PrimesEnergie.fr étant à la fois distributeur de la prime énergie et mandataire pour distribuer MaPrimeRénov’, les particuliers ont la possibilité de faire l’ensemble de leurs démarches auprès d’un interlocuteur unique.

Cap sur les rénovations globales des logements

A travers ses dernières décisions, le gouvernement souhaitait réduire certains effets d’aubaine pour des artisans peu scrupuleux, mais aussi simplifier au maximum les démarches et orienter les ménages vers des rénovations plus performantes. Selon une étude de l’ADEME, 75% des travaux réalisés sur des maisons individuelles n’ont pas permis au logement de changer de classe de DPE. Une situation qui s’explique notamment par des travaux bien souvent « mono gestes » (un seul poste de travaux réalisé).

C’est pourquoi l’accent est désormais mis sur les rénovations globales des logements. A titre d’exemple, un ménage peut espérer jusqu’à 40.000€ de prime énergie pour une rénovation combinant 4 postes de travaux (installation d’une pompe à chaleur en remplacement d’une chaudière fioul, installation d’un ballon thermodynamique et d’une VMC, isolation des planchers…). MaPrimeRénov offre également un bonus allant jusqu’à 7.000€ pour les rénovations globales, et jusqu’à 1.500€ supplémentaires pour les logements sortant de la catégorie "passoire énergétique" (classés F et G par le nouveau DPE).

Nécessité d’un accompagnement global et renforcé

Depuis de nombreuses années, le financement des travaux était le point central – et bien souvent complexe – des projets de rénovation énergétique sur lesquels les ménages avaient besoin d’accompagnement. Le besoin est désormais plus vaste. Les Français n’ont plus seulement une obligation de moyen lorsqu’ils entreprennent des travaux, ils ont une obligation de résultat sous peine de se faire sanctionner.

Il est donc indispensable de les accompagner de A à Z, en commençant par la réalisation d’un audit énergétique indépendant qui ne sera pas effectué par la société qui fera ensuite les travaux. Cela permettra de définir de façon objective un plan de travaux à réaliser. Puis vient la question du financement, et enfin celle du contrôle qualité des travaux une fois qu’ils sont terminés. Nous avons la conviction que c’est en proposant cet accompagnement que nous parviendrons à atteindre nos objectifs et à faire de la transition énergétique une véritable opportunité pour les Français.

Nicolas Moulin

Le parcours de Nicolas Moulin

Fondateur, PrimesEnergie.fr

Diplômé de l’ESSEC, Nicolas Moulin a commencé sa carrière chez BNP Paribas en 2005 dans la branche Leveraged Acquisition Finance Media & Telecom. Porté par la conviction qu’il est aujourd’hui nécessaire de réaliser des travaux d’économies d’énergie pour rendre les bâtiments plus respectueux de l’environnement, Nicolas Moulin crée en 2010 Vos Travaux Eco. L’entreprise accompagne les particuliers, entreprises et collectivités sur le chemin de l'efficacité énergétique. Via son site dédié PrimesEnergie.fr, l'entreprise compte parmi les principaux acteurs du secteur et a reversé 250 millions d’euros de primes énergie en 2020, distribuées à plus de 200.000 foyers.

Commentaires (3)
  • Utilisateur32464
    Utilisateur32464posté le 05.09.2021 à 06:43

    Non mais il faut arrêter les conneries à un moment donné ! Avec CEE et maprimrenov, une ITE de 10.000€ revient à 7.000€ en reste à charge. Qui paie ? Et si en plus il faut rénover la toiture, la chaudière etc... Et s'il faut le faire sur 3, 4, 10 maisons ? On braque une banque ? Et si votre taux d'endettement ne permet plus de nouveaux crédits ? Ok pour une obligation des nouveaux proprios sous 12 à 24 mois, non pour ceux qui ont acheté avant la loi, ou alors donnez-nous 20ans le temps que nos crédits se terminent et qu'on épargne !

  • Gylo
    Gyloposté le 04.09.2021 à 07:21

    Qui va payer?

  • lbda21
    lbda21posté le 03.09.2021 à 16:44

    C'est une utopie , car les caisses sont vides durablement.