Dispositif Malraux : "plus de souplesse en 2017"

Fiscalité Avis d'Expert 0

Daniel Znaty, directeur immobilier de l'UFF

UFF

L’article 40 de la loi de finances rectificative pour 2016 adoptée le 22 décembre dernier assouplit le dispositif Malraux. Pour mémoire, ce dernier permet d’investir dans l’immobilier ancien, en engageant des travaux de restauration. L’opération donne droit à un avantage fiscal significatif.

La loi Malraux, entrée en vigueur le 4 août 1962,  avait deux objectifs : restaurer le patrimoine architectural français d’une part et mettre plus de biens sur le marché locatif d’autre part.  En effet, une fois les travaux réalisés, l’investisseur doit louer le bien pendant 9 ans.  En contrepartie, il bénéficie d’une réduction d’impôt de 30% du montant des travaux (ou 22% selon la localisation du bien). Point non négligeable, le dispositif Malraux ne rentre pas dans le calcul du plafonnement global des niches fiscales.

Un plafond plus haut et un report possible

Auparavant, le montant de la réduction était plafonné à 100.000 euros par an, avec la possibilité d’étaler les travaux sur trois ans. Désormais, le plafond est fixé à 400.000 euros utilisable sur une durée de quatre ans.

La loi de finances rectificative introduit de plus une souplesse complémentaire qui permettra de ne plus avoir de « déperdition fiscale ». En effet, sous l’ancien régime, si la réduction de l'année dépassait l'impôt brut, le solde était fiscalement perdu. Cette contrainte disparait, le solde de réduction d'impôt non utilisable dans l'année devenant reportable sur l'impôt des 3 années suivantes.

Les opérations Malraux sont en général menées par des professionnels puisque d’une part, les travaux sont d’envergure (30 à 50% du montant total de l’investissement) et d’autre part ils s’effectuent sous la supervision des architectes des bâtiments de France.

Le levier fiscal est donc fort ce qui fait de la loi Malraux un très bel outil de la gestion de patrimoine. Pour autant, il convient de ne pas s’attacher uniquement à la fiscalité mais, comme toujours en investissement immobilier, de privilégier les fondamentaux c'est-à-dire : l’emplacement, la qualité des travaux, et la demande locative.

Daniel Znaty

Le CV de Daniel Znaty

Directeur immobilier, UFF

Daniel Znaty rejoint l’UFF en 1984. Il y exerce successivement les fonctions de Conseiller en Gestion de Patrimoine, Responsable Commercial et Directeur d’Agence. En 2004, il est nommé Adjoint du Directeur Immobilier. Depuis juin 2007, il assure la Direction Immobilière de l’UFF.

Commentaires (1)
  • Philippe LP
    Philippe LPposté le 06.11.2017 à 17:25

    Je suis d'accord avec le commentaire de Frane34 concernant la difficulté de compréhension de la Loi Malraux, car même si il existe des sites de vulgarisation, qui simplifie la vie plutôt que les textes abscons de l'administration fiscale (cf : voir ora-defiscalisation .com/defiscalisation-loi-malraux.html), il n'en demeure pas moins, des interprétations possibles. Par exemple concernant le report des déficits ou des réductions d'impôts, reportable 3 ans, mais en partant de la 4ème année, ça sous entend en fait une possibilité de réduction de 7 ans !

Immobilier
Actu0

Le prix des logements neufs à la montagne

Trouver-un-logement-neuf.com observe actuellement un élargissement de l’offre de nouveaux programmes neufs en stations, notamment en Savoie.

Lire la suite