TAEA : le vrai coût de votre assurance-emprunteur

Crédit Fiche Pratique 0

Devant être communiqué aux emprunteurs, le TAEA peut être vu comme la part du TAEG imputable à l’assurance. Explication avec un exemple.

iStock

Combien vous coûte réellement votre assurance-emprunteur ? Historiquement, le poids de l’assurance-emprunteur a été présenté en coût mensuel (en euros) ou en taux annuel. Mais en 2015, un autre indicateur a fait son apparition : le TAEA ou taux annuel effectif de l’assurance.

Pourquoi un TAEA ?

Le TAEA a été mis en place pour permettre aux emprunteurs d’évaluer le vrai coût de leur assurance et faciliter les comparaisons.

Le taux annuel peut en effet être trompeur car contrairement au taux de l’emprunt (qui s’applique sur le capital restant dû), le taux de l’assurance s’applique à l’ensemble du capital emprunté durant toute la durée du prêt.

Ainsi, pour 100.000 euros emprunté, une assurance au taux annuel de 0,4% coûtera 400 euros par an, soit 33,33 euros chaque mois.

Dans ces conditions, une assurance au taux de 0,4% peut coûter plus cher que les intérêts d’un emprunt à 0,7%. Comme l’a montré l’un de nos articles récents, pour 100.000 euros empruntés sur 10 ans, l’assurance à 0,4% reviendra à 4.000 euros alors que l’emprunt à 0,7% n’obligera à payer « que » 3.570 euros d’intérêts.

Principe du TAEA

Pour appréhender le véritable coût de l’assurance, le législateur a donc décidé d’imposer la présentation du TAEA.

Le TAEA est directement dérivé du TAEG, taux qui indique le coût réel d’un emprunt en intégrant tous les frais associés.

Pour déterminer le TAEA, il suffit de comparer le TAEG du financement avec assurance et le TAEG sans assurance. La différence correspond au TAEA.

Reprenons notre exemple d’un financement de 100.000 euros sur 10 ans au taux nominal de 0,7% et supposons qu’il n’y a pas de frais de dossier. Le TAEG hors assurance est égal à 0,7%.

Pour calculer le TAEG avec assurance, il convient d’additionner la mensualité hors assurance (863,08 euros dans notre exemple) et le coût de l’assurance (33,33 euros au taux annuel de 0,4%). Autrement dit, pour rembourser les 100.000 euros empruntés, le client devra réellement payer 896,41 euros assurance comprise chaque mois. Or, pour un capital emprunté de 100.000 euros, une mensualité de 896,41 euros correspond à un taux de … 1,47%.

Le TAEG avec assurance étant de 1,47% et le TAEG sans assurance de 0,7%, le TAEA est ici de 0,77%. Plus simplement, l’assurance augmente réellement le coût de l’emprunt de 0,77 point.

Une lecture plus réaliste

Le TAEA a le mérite de proposer au client une lecture plus réaliste que le taux annuel. Il offre par exemple un coup d’œil immédiat sur les poids respectifs du crédit et de l’assurance et permet de vérifier quelle composante est la plus onéreuse (dans notre exemple précédent, il confirme que l’assurance coûte plus cher que les intérêts).

Le TAEA permet par ailleurs de mesurer le surcoût induit par une assurance plus onéreuse. Imaginons que dans notre exemple, le taux annuel de l’assurance ne soit pas de 0,4% mais de 0,5%. Cette hausse de 0,1 point du taux annuel ferait passer le TAEA de 0,77% à 0,95%, soit une augmentation de 0,18 point.

Une pratique étendue

Il est à noter que la présentation obligatoire du TAEA ne concerne pas que les financements immobiliers. Elle s’applique aussi aux crédits à la consommation. En revanche, le TAEA n’est pas exigé pour la location vente ou la location avec option d’achat (LOA).

Commentaires