Les aides à l’acquisition de sa résidence principale

Tendance Fiche Pratique 0

Diverses aides permettent de financer l’achat de sa résidence principale, en particulier lorsqu’on est primo-accédant et que ses revenus ne dépassent pas certains plafonds.

iStock

PTZ dans le neuf

Il existe encore de multiples aides à l’acquisition d’un premier logement occupé en tant que résidence principale, à commencer par le Prêt à Taux Zéro (PTZ) pour l’immobilier neuf. A condition de ne pas dépasser certains plafonds de ressources et en fonction de sa situation familiale, il est possible d’emprunter jusqu’à 138.000 euros sans intérêts ni frais de dossier dans les zones tendues et jusqu’à 50.600 euros en dehors des grandes agglomérations (et jusqu’à 46.000 euros dans les zones rurales). L’autre avantage du PTZ est de permettre un différé de remboursement allant jusqu’à 15 ans, période pendant laquelle on ne rembourse que le prêt bancaire et pas encore le PTZ.

PTZ dans l’ancien

Dans les zones B2 et C, c’est à dire hors des grandes zones urbaines, le PTZ peut aussi être accordé pour l’achat d’un logement ancien nécessitant d’importants travaux. Le budget de ces travaux doit représenter un tiers du prix d'acquisition de l’appartement ou de la maison.

PSLA

Destiné aux ménages les plus modestes, le prêt social location-accession (PSLA) permet une l’accession progressive à la propriété d’un logement neuf en bénéficiant d’une TVA réduite à 5,5%. Sur une période pouvant aller de 6 mois à 2 ans, vous êtes d'abord « locataire-accédant » et versez une indemnité d'occupation et une part d’épargne. Le ménage peut ensuite devenir propriétaire du logement à un tarif préférentiel et bénéficier d’une exonération de la taxe foncière pendant 15 ans.

Prêt action logement

Le Prêt action logement (ou ancien 1% logement), est un prêt immobilier complémentaire à destination des primo-accédants, salariés d’une entreprise du secteur privé non agricole employant au moins 10 personnes. Octroyé sous conditions de ressources, il permet de bénéficier d’un prêt à un taux avantageux (1% maximum) pour financer l’achat d’un bien ancien ou neuf. Son montant est limité de 10.000 à 25.000 euros en fonction de la zone géographique.

Aides locales

Certaines villes ou collectivités locales apportent un coup de pouce financier supplémentaire aux primo-accédants, sous forme de financement à taux avantageux ou de prime, comme le chèque premier logement distribué à Marseille (jusqu’à 4.000 euros) ou le passeport premier logement à Bordeaux (jusqu’à 6.000 euros). Il faut donc se renseigner sur ces possibilités et leurs conditions au niveau local.

A Paris, les primo-accédants aux revenus modestes peuvent bénéficier du Prêt Paris Logement à 0%. Remboursable sur 15 ans, il peut aller jusqu’à 24.200 € pour une personne seule ou 39.600 € pour les ménages composés d’au moins deux personnes. Le logement doit cependant afficher une étiquette énergétique de catégorie A, B ou C uniquement, ce qui reste très rare à Paris en dehors de logements neufs ou entièrement réhabilités.

a savoir

Est considéré primo-accédant tout acheteur souhaitant acquérir son premier bien immobilier, ou n’ayant pas été propriétaire de sa résidence principale pendant les deux années précédant l’achat.

Commentaires (1)
  • lpalm
    lpalmposté le 14.01.2019 à 15:52

    encore de l'argent jeté par les fenêtres, la subventions de la demande ne fait qu'augmenter les prix, au profit des vendeurs, pas des acheteurs