Dossier Comment se porte le marché immobilier dans votre région ?

Gros plan sur l’immobilier dans les Pays de la Loire

Tendance Actu 0

Poursuivant son tour de France des marchés immobiliers en régions, la Fédération Nationale de l’immobilier (FNAIM) dresse l’état des lieux des Pays de la Loire, une zone réputée pour son dynamisme économique et démographique.

Comme dans beaucoup de régions, l’attentisme de 2014 a laissé place au premier semestre 2015 à un retour des acheteurs immobiliers dans les départements des Pays de la Loire (Loire-Atlantique, de Maine-et-Loire, de la Mayenne, de la Sarthe et de la Vendée) grâce aux taux d’emprunts historiquement bas qui ont encouragé les primo-accédants. Le Président de la Fédération Nationale de l’immobilier (FNAIM) pour la région Pays de la Loire, Benoît Fauchard, note cependant que les acheteurs reviennent sur le marché de l’existant, plus accessible que le neuf.

Les maisons dominent

En région Pays de la Loire, près des trois quarts des logements sont des maisons. «La demande se porte plutôt sur les maisons de 4 et 5 pièces avec jardin. Et sur ce segment, les produits de bonne qualité autour des 200 000 euros se vendent en moyenne sous trois mois. Passée la barre des 300 000 euros, il faut vraiment que les biens soient sur des standards supérieurs pour trouver preneur», explique Benoît Fauchard.

Des prix en baisse

Côté prix, après une très légère baisse constatée en début d’année, la tendance est à la stabilisation. Les écarts de prix régionaux restent élevés avec par exemple Angers se situant autour de 2 000 € le mètre carrés pour les appartements alors qu’il faudra compter 50% de plus à Nantes (3 000 €). Les prix moyens de la région (2 463 € pour les appartements 2 017 € pour les maisons) sont sensiblement inférieurs à la moyenne nationale.

«Comme souvent, les biens qui ne sont pas au prix du marché restent en stock et les vendeurs doivent consentir à des réajustements s’ils souhaitent vendre dans des délais raisonnables», prévient la FNAIM Pays de la Loire.

Une offre locative large

Sur le marché  de la location, l’immobilier neuf abonde une offre locative déjà large. Les candidats ont donc l’embarras du choix et sont regardants sur la qualité du bien. Cette tendance touche tous les types de biens et les loyers pratiqués sont entrés dans une phase de stabilisation. Comme ailleurs, la FNAIM constate que les propriétaires s’interrogent sur la pérennité de leur investissement locatif, celui-ci étant de plus en plus contraint par la réglementation et la fiscalité. Un certain nombre d’entre eux arbitrent donc leur patrimoine en vendant leur bien locatif.

Commentaires (1)
  • jeanlf
    jeanlfposté le 27.08.2015 à 00:21

    Les prix baissent. Les loyers baissent. Le chomage est toxique et il faudrait 5% de chomage (CDI, pas interim ni CDD qui ne rendent pas solvables) pour que l'immobilier cesse sa descente vers les valeurs d'avant la bulle (c'est à dire vers les valeurs de 1998).
    En plus le papy-boom va finir de bastonner les prix vers le bas. Faut vraiment pas être proprio en ce moment.