Dossier Comment se porte le marché immobilier dans votre région ?

Focus sur le marché immobilier en Languedoc-Roussillon

Tendance Actu 0

A l’heure des grandes migrations de vacanciers vers la côte méditerranéenne, la Fédération Nationale de l’immobilier fait le point sur le marché en Languedoc-Roussillon, une des destinations estivales prisées par les touristes.

Sur le marché de la transaction, ce statut de région touristique en Languedoc-Roussillon impose de distinguer les stations balnéaires propices aux résidences secondaires et les villes comme Montpellier, Nîmes, Narbonne ou Perpignan. Globalement, le prix du mètre carré dans l’ancien est estimé à 2 134 euros en Languedoc-Roussillon, en baisse de 0 à -2% par rapport à 2014. A Montpellier, le prix moyen des appartements est remonté au-dessus de 2 500 euros le mètre carré tandis qu’à Nîmes il reste proche de 2 000 euros.

Résidences secondaires

En bord de mer, le Président de la Région FNAIM Languedoc-Roussillon, Alexis Melidonis, observe un léger mieux sur les résidences secondaires avec un retour de la clientèle étrangère, notamment anglaise qui avait disparue depuis trois ou quatre ans. De même, la baisse des prix constatée depuis plusieurs mois conjuguée à des taux historiquement bas, suscite de nouveau l’intérêt des acquéreurs, d’autant que la région reste nettement plus abordable que le Var ou les Alpes-Maritimes.

Zone urbaine

En zone urbaine,  l’activité est en hausse de 20% avec une  baisse des prix facilitant la rencontre entre l’offre et la demande. En ce qui concerne les appartements, la demande se porte surtout sur les 3 et 4 pièces, entre 80 et 120 mètres carrés. Ce type de produit se négocie entre 180 000 euros et 220 000 euros, en fonction de la localité et de la qualité intrinsèque du bien. Hors grandes agglomérations, la demande se porte essentiellement sur les maisons individuelles de 120 à 130 mètres carrés avec un jardin, pour un budget moyen compris entre 250 000 euros et 300 000 euros. La barre des 300 000 euros marque une certaine frontière car les biens inférieurs à ce niveau représentent environ 70% des ventes en Languedoc-Roussillon.

Location

Sur le marché de la location, les professionnels constatent depuis quelques mois un durcissement de la solvabilité des candidats locataires qui se détournent du marché locatif privé au profit du secteur social.  D’après l’étude la FNAIM Languedoc-Roussillon, 70% de la population de Perpignan est par exemple éligible au logement social. Conséquence de ce contexte socio-économique, les loyers à la relocation dans le secteur privé seraient revus systématiquement à la baisse depuis 3 ans. Les propriétaires bailleurs voient donc la rentabilité locative baisser  tout en supportant une fiscalité alourdie couplée à une hausse de la taxe foncière.

Commentaires (1)
  • jeanlf
    jeanlfposté le 05.08.2015 à 06:35

    Chômage. Emplois précaires. PapyBoom. Baisse des loyers. Hausse des taxes proprio. Baisse de la rentabilité locative. Fuite des investisseurs de l'immobilier. Indice de tension immobilière (dit "iti") en chute libre (0,4 en France). 2,5 vendeurs par acheteur. Encadrement des loyers. Hausse des taux d'emprunt (manque à gagner pour les vendeurs). Taux réel non intéressant pour les acheteurs (taux d'emprunt moins inflation). Fuite des retraités "aisés" à l'étranger, Fuite des jeunes actifs à l'étranger. Century21 annonce 15% de baisse "mécanique" par 1% de hausse des taux d'emprunt...

Immobilier
Actu0

Les taux de propriétaires font le grand écart en France

Connaître ces réalités locales permet de mieux appréhender l’impact des politiques publiques en matière de logement, soulignent le courtier Vousfinancer et l’Union nationale des propriétaires immobiliers (UNPI).

Lire la suite
Immobilier
Actu0

Toulouse réfléchit à encadrer ses loyers

Comme à Paris, les professionnels de l’immobilier tirent déjà la sonnette d’alarme face à l’application éventuelle de ce dispositif...

Lire la suite