Dossier Comment se porte le marché immobilier dans votre région ?

Focus sur le marché immobilier dans le Nord

Tendance Actu 0

Après le Sud, le Nord. La Fédération Nationale de l’immobilier (FNAIM) poursuit son tour de France des régions avec un zoom sur la Métropole Lilloise.

Boursier.com

Comme dans d’autres régions, Emmanuel Di Girolamo, Président de la Chambre FNAIM Nord, constate une reprise des transactions au premier semestre 2015, principalement grâce à l’acceptation des vendeurs de revoir à la baisse leurs prétentions pour être en phase avec le marché. Les négociations sur le prix restent donc importantes : de 4 à 5% à Lille intra-muros et de 10 à 20% quand on s’éloigne d’une dizaine de Km de Lille.

Les vendeurs revoient leurs prétentions

«La plupart des transactions se font sur le stock existant, encore conséquent dans la région. Ce stock de biens en portefeuille depuis plus de 6 mois s’est constitué du fait de vendeurs trop gourmands en termes de prix de vente, et n’acceptant pas de baisser leur prix. Les vendeurs ayant mené leur réflexion, acceptent enfin les négociations», explique Emmanuel Di Girolamo.

A Lille, le prix moyen des appartements est estimé autour de 2 900 euros le mètre carré, en baisse de 1,1% sur un an. Sur l’ensemble de la région Nord Pas de Calais, la moyenne des prix se situe proche de 2 700 euros le mètre carré pour les appartements et de 2 000 euros pour les maisons, sachant que le parc de logements de la région compte une proportion de maisons nettement supérieure à la moyenne nationale (56%).

Les maisons 1930

Dans la région de Lille, les maisons dites «1930» restent un marché à part et continuent à bien se vendre dans des délais assez courts dès lors qu’elles ont bénéficié d’une bonne rénovation leur permettant de belles performances énergétiques. D’une surface d’environ 100 m², elles se composent de 3 chambres et disposent d’un petit jardin. Leurs prix s’affichent autour de 300 000 euros à Lille, et entre 180 000 et 230 000 euros sur les autres agglomérations.

Logements vacants

Sur le front de la location, le marché subit un ralentissement. Si la tendance est à une baisse généralisée des loyers, la FNAIM Nord estime à 10% du parc locatif le nombre de logements vacants. Plusieurs facteurs expliquent cette vacance : des loyers qui restent encore trop chers, des logements mal rénovés aux mauvaises performances énergétiques ou encore des copropriétés anciennes aux charges élevées.  En face d’un parc vieillissant, les candidats à la location préfèrent se tourner vers des logements presque neufs, issus de programmes immobiliers Scellier, avec plus de confort, des parkings et de meilleures performances énergétiques.

Encadrement des loyers ?

Dans ce contexte, l’investissement locatif est au point mort et la FNAIM s’oppose bien sûr à l’encadrement des loyers à Lille. Or le marché locatif subit une période d’attente car, après son expérimentation à Paris cet été, on ne sait toujours pas si l’application de l’encadrement des loyers sera effective à Lille au 1er janvier 2016. Le préfet doit se prononcer sur un loyer médian au 4ème trimestre 2015, mais la FNAIM Nord, l’Unis et l’UNPI, ont déposé un recours au tribunal administratif demandant la suspension et l’annulation de l’arrêté ministériel donnant l’agrément à l’ADIL du Nord en qualité d'observatoire lillois…

Commentaires