Mer et montagne : le marché de la résidence secondaire est au beau fixe

Tendance Analyse 0

Cités balnéaires et stations de ski continuent de voir leurs prix grimper grâce à une clientèle aisée qui investit dans une résidence secondaire ou semi-principale.

Groupe Piersanti

Sur un marché immobilier français en net ralentissement depuis cet automne avec une progression des prix qui s’essouffle un peu partout dans l’ancien, en parallèle de la forte remontée des taux d’emprunt, deux secteurs continuent pour l’instant d’afficher des progressions insolentes. Il s’agit des cités balnéaires et des stations de ski qui bénéficient d’un engouement inédit, souvent grâce à une clientèle aisée qui investit dans une résidence secondaire ou semi-principale.

Des prix toujours en forte hausse au bord de mer et à la montagne

Dans sa dernière note de conjoncture du mois de novembre, la Fédération nationale de l’immobilier (FNAIM) observe des prix moyens dans l’immobilier existant qui augmentent encore de 6,6% au niveau national depuis un an mais qui flambent d’environ 10% au bord de mer et à la montagne. Par stations balnéaires, il ne faut pas penser qu’à la Côte d’Azur puisque la Bretagne reste la région où les prix augmentent le plus fortement sur 12 mois (+11,4%). Parmi les 50 plus grandes villes de France, la FNAIM note que seule Toulon (2.888€/m², +10,4%) connaît encore une évolution de prix à deux chiffres sur 12 mois. Toulon qui semble continuer à combler sa décote par rapport aux villes côtières voisines du Sud-Est après de très longs projets d’embellissement et de réhabilitation du centre-ville qui commencent enfin à séduire les acquéreurs.

Deux médailles pour Cap Nature

Ces tendances se retrouvent aussi dans l’immobilier neuf. Le Challenge de l’Habitat Innovant 2023 organisé le week-end dernier par le Pôle Habitat de la Fédération Française du Bâtiment (FFB) permet d’ailleurs d’observer deux exemples qui vont dans ce sens.

Dans la catégorie Réalisations remarquables des promoteurs, le groupe familial Piersanti a remporté la médaille d’or avec son projet Cap Nature, un programme exceptionnel de 36 appartements répartis dans 6 bâtiments ne dépassant pas 1 étage, parfaitement intégrés dans un écrin de nature de 15.000 m² à Bormes-les-Mimosas, dans le Var. La résidence doit être livrée au premier trimestre 2023 mais tous les logements sont déjà réservés. C’est même un doublé pour le groupe Piersanti puisque Cap Nature a également décroché le Prix Spécial du Jury. Offrant une vue imprenable sur la mer et l’île du Levant, ces appartements dotés de grandes terrasses se sont arrachés très rapidement malgré un budget conséquent d’un peu plus de 6.000 € le m² en moyenne, soit environ 370.000 € pour un T3 de 58 m².

Ce tarif correspond à de nombreuses contraintes avec lesquelles le groupe Piersanti a dû composer, comme le prix d’achat très élevé du foncier réclamé par son propriétaire particulier, la limitation drastique des droits à construire imposée par le maire pour accorder le permis de construire, ou les prestations haut de gamme avec notamment des toitures végétalisées ou une magnifique piscine naturelle réalisée à la main par des artisans rocailleurs italiens. Cap Nature, c’est aussi une faune et une biodiversité préservées avec près de 10.000 m² d’espaces boisés qui feraient presque oublier qu’on parle d’une résidence. Comme le souligne le Directeur Général, Fabien Piersanti, Cap Nature constitue une résidence secondaire pour la moitié des futurs propriétaires, la plupart français. Beaucoup prévoient d’y vivre une bonne partie de l’année et pas seulement pendant les vacances d’été.

Des chalets entièrement équipés comme à l’hôtel

Dans la catégorie Ma vision du métier de ce Challenge de l’Habitat Innovant 2023, le lauréat est un constructeur de maisons individuelles actif depuis plus de 30 ans en Savoie, Haute-Savoie et le Pays de Gex. Pendant de longues années, le groupe Artis bâtissait des résidences principales en plaine avant de parier sur le développement de chalets de montagne à prix abordable pour le marché de la résidence secondaire. Le Directeur Général du groupe Artis, Nicolas Bonnet, s’étonne lui-même de l’incroyable succès commercial rencontré par ce type de chalets, plébiscités par des acquéreurs désireux de réaliser un investissement locatif plaisir et qui occupent leur logement à de nombreux moments de l’année, aussi bien pendant la saison de sports d’hiver que l’été. C’est d’ailleurs en observant une hausse de la fréquentation hors saison de stations comme Saint-Gervais Mont-Blanc que le groupe Artis a peaufiné son concept.

La construction d’une nouvelle catégorie de chalets vient d’être lancée dans le village de Saint-Gervais-les-Bains. Leur particularité sera d’être livré entièrement aménagé par un architecte d’intérieur local et piloté par le réseau de gestion locative Cimalpes avec de véritables prestations hôtelières. Les propriétaires pourront donc optimiser la rentabilité locative de leur chalet tout en l’occupant à leur guise en bénéficiant du confort et des services comme le ménage, l’entretien et la conciergerie. Les premiers chalets sont proposés à un peu moins de 800.000 € tout compris pour une surface proche de 117 m², soit environ 6.800 € le m². Un prix loin d’effrayer les clients d’Artis car souvent nettement inférieur à d’autres constructions haut de gamme commercialisées à la montagne. Artis considère d’ailleurs que ce modèle est reproductible à la mer ou à la campagne et réfléchit à l’adapter autour des lacs d’Annecy, du lac Léman ou du Bourget.

Commentaires