La remontée des taux d’emprunt va s’accélérer en mars !

Crédit Analyse 0

Le courtier en ligne Pretto est déjà en mesure de confirmer une nouvelle hausse des taux pour le mois de mars avec des remontées brutales dans certaines banques.

Reuters

Il fallait s’y attendre vu le contexte inflationniste qui s’installe et la tension sur les taux obligataires qui s’est intensifiée ces dernières semaines : les taux d’emprunts immobiliers vont continuer à augmenter en mars et très probablement en avril. Le courtier en ligne Pretto est déjà en mesure de confirmer la hausse de mars après analyse des premières grilles de ses partenaires bancaires qui remontent en moyenne de 10 point de base.

Pretto évalue les taux qui seront appliqués en mars autour de 1,31% sur 15 ans, 1,42% sur 20 ans et 1,60% sur 25 ans pour des profils d’emprunteurs avec moins de 40.000 € de revenus annuels. Les emprunteurs gagnant entre 40.000 et 80.000 € par an pourront encore prétendre à des offres nettement plus basses : 1,21% sur 20 ans et 1,25% sur 25 ans. Quant à ceux qui affichent plus de 80 KE de revenus, les offres descendront jusqu’à 1,09% sur 20 ans et 1,22% sur 25 ans.

Des hausses brutales dans certaines banques

« Si certaines banques n’ont pas augmenté leur taux du mois mars, d’autres en revanche ont appliqué des hausses allant jusqu’à 0,30 point », précise le président de Pretto, Pierre Chapon. Il faut souligner que de telles hausses mensuelles n’avaient pas été observées depuis longtemps. Ce mouvement confirme aussi la hausse générale de février qui était déjà globalement de même ampleur que celle attendue en mars (+0,10 point).

Tension sur les OAT depuis la fin janvier

Il n’y a qu’à regarder la courbe du rendement des OAT 10 ans, toujours très surveillé par les banques françaises, pour comprendre ce mouvement. Le taux de l'OAT 10 ans est passé de 0,20% début janvier à 0,40% début février puis à 0,70% aujourd’hui. Ce taux pèse en partie sur le refinancement des banques et influence donc leurs marges sur les crédits immobiliers, sachant qu’elles refinancent aujourd’hui des prêts accordés par le passé à des taux souvent très bas.

En parallèle, les banques gardent cette année des objectifs de production de crédit élevés et doivent donc rester compétitives sur les taux accordés aux particuliers, d’autant qu’on arrive bientôt au printemps qui correspond au premier temps fort de l’année pour les acquisitions de logements. Même si les banques vont comprimer leurs marges sur le crédit immobilier, le président de Pretto s’attend quand même à ce que la remontée des taux d’emprunt se poursuive en avril.

« Nous anticipons une poursuite progressive de la hausse des taux proposés aux particuliers mais les banques ne pourront pas se permettre de répercuter toute la hausse des taux de marché compte tenu de leurs objectifs très élevés qui stimulent la concurrence », analyse Pierre Chapon.

L’inflation comme repère

Pour la suite, l’inflation aura son influence sur les taux directeurs et une bonne surprise est possible au deuxième semestre, notamment au niveau de la détente des coûts liés aux tensions sur les chaînes d’approvisionnement. Il faut d'ailleurs souligner que même si les taux immobiliers remontent plus rapidement que prévu depuis le début de l’année, ils restent historiquement attractifs et toujours beaucoup plus bas que l’inflation actuelle, ce qui favorise l'endettement. Que ce soit pour une résidence principale ou un investissement locatif, les acquéreurs auraient donc tort de s’en priver dès lors qu’ils respectent les conditions d’octroi des crédits imposées par les banques.

Commentaires (1)
  • Utilisateur2162532
    Utilisateur2162532posté le 23.02.2022 à 21:05

    La bulle immo est prête à éclater, et avec beaucoup de banques vont être en difficulté,sans compter tous les gentils agents immo qui vont aller pointer à pôle emploi.