La relance du marché immobilier passe par une reprise des financements

Tendance Analyse 0

Bonne nouvelle, un groupe bancaire s’engage à reprendre le traitement des demandes de prêt dès la semaine prochaine…

Reuters

L’objectif du gouvernement de lever le confinement à partir du 11 mai autorise les espoirs d’une reprise progressive du marché immobilier. D’ici 1 mois, il sera théoriquement possible de reprendre les visites et de s’engager à nouveau dans un processus d’achat ou de vente sans de nombreux obstacles encore présents aujourd’hui. Le financement des achats immobiliers reste cependant une condition impérative pour assister à une véritable relance.

Nouveaux dossiers en attente

« Au moment du confinement, certaines banques ont dû cesser de prendre les nouveaux dossiers de prêt et se concentrer sur les dossiers en cours par manque de personnel, ceux en télétravail n’ayant pas forcement les capacités informatiques de traiter les dossiers à distance. Mais une fois la majeure partie du personnel de retour dans leurs fonctions, le processus normal d’octroi de nouveaux crédits devrait pouvoir reprendre. D’ici là, les banques auront pu gérer les dossiers de crédit actuellement en attente », anticipe Sandrine Allonier, porte-parole du courtier Vousfinancer.

Priorité au PGE

Depuis deux semaines, les banques doivent aussi gérer en priorité les demandes des entreprises pour le prêt garanti par l’Etat (PGE), ce qui mobilise leurs ressources. La troisième conférence du "Cercle des managers de l'immobilier", organisée depuis le début de la crise sanitaire par l’union des syndicats de l'immobilier (Unis), a justement donné la parole hier après-midi à un banquier : Yves Gevin, directeur général de la Banque Populaire Rives de Paris (700.000 clients en Ile-de-France et dans l’Oise) et ancien dirigeant de Foncia.

Les demandes de prêt bientôt réétudiées

Yves Gevin a confirmé que les demandes de PGE nécessitent actuellement un triplement des effectifs alors que le groupe bancaire s’engage à répondre aux demandes des entreprises dans un délai de 5 jours. Concernant les prêts immobiliers des particuliers, Yves Gevin se déclare prêt à aller jusqu’au déblocage des fonds pour les dossiers instruits avant le 27 mars, seuls les emprunts avec hypothèque restant en suspens. Le dirigeant s’engage par ailleurs à reprendre le traitement des demandes de prêt dès la semaine prochaine (lundi 20) . « Nous serons en capacité de les traiter après la désorganisation initiale », promet-t-il.

Reste à vivre

Le directeur général de la Banque Populaire Rives de Paris a également déclaré qu’il reçoit plus d’une centaine de demandes de report d’échéances de mensualités de remboursement (3 mois renouvelable) par semaine et affirme que toutes sont acceptées. Interrogé sur le resserrement des conditions d’octroi des crédits et en particulier sur la limite des 33% de taux d’endettement désormais vivement recommandée par l'autorité prudentielle (HCSF), Yves Gevin souligne continuer à prendre en compte le reste à vivre : « je continue à financer des clients qui dépassent un taux d’endettement de 33% mais dont le reste à vivre est suffisant car j’ai l’intime conviction qu’ils peuvent rembourser. »

Remontée des taux

Reste que toutes les banques ne sont plus prêtes à déroger à la règle des 33% et Christine Fumagalli, Présidente du réseau d’agences ORPI, appelle à revoir les critères édictés par le Haut Conseil de stabilité financière (HCSF) dans la situation actuelle. D’autant que comme l’a rappelé Christine Fumagalli durant cette conférence, les taux d’emprunt remontent depuis 1 mois, « de 0,2 à 0,5 point selon les banques. » Yves Gevin confirme une légère remontée des taux d’emprunt qui n’est pas étrangère à la politique de prise de risque des banques alors qu’une baisse des prix immobiliers est à craindre dans les prochains mois.

Commentaires