La mobilité accrue des Français alimente un nouveau record de transactions immobilières

Tendance Analyse 0

Le souhait de disposer d’un espace extérieur, d’un logement plus grand, mais aussi la volonté d’être dans une zone moins densément peuplée sont devenus les motifs de déménagement les plus fréquents.

Espaces Atypiques

Environ 1,15 million de transactions de logements anciens en France : c’est la dernière estimation du volume attendu cette année par le Conseil supérieur du notariat. Bien que minoré par rapport à une précédente évaluation, ce niveau dépasserait d’environ 7% le précédent record de 2019 à 1,07 million de transactions. Cela représenterait aussi un nouveau record de taux de rotation des logements (nombre de ventes rapporté au parc français de logements) qui dépasserait pour la première fois les 3%.

Les Français n’ont jamais autant eu autant envie de déménager

Sans revenir sur toutes les conséquences de la crise sanitaire qui ont poussé les Français à faire du logement leur priorité grâce à la recherche d’une meilleure qualité de vie, une enquête sur les comportements immobiliers réalisée en ligne par Harris Interactive pour le Conseil supérieur du notariat (du 5 au 15 octobre 2021 auprès d’échantillon national représentatif de 1.637 personnes) apporte des détails saisissants. 18% des Français affirment avoir déménagé au cours des 18 derniers mois, avec une proportion qui monte à 39% chez les jeunes de 18 à 34 ans. « Les jeunes constituent une véritable locomotive du marché », note Boris Vienne, porte-parole du Conseil supérieur du notariat. Et cela n’est pas fini puisque 16% indiquent avoir un projet de déménagement à l’échéance d’un an. Si on a coutume de dire qu’on déménage en moyenne 4 à 5 fois dans sa vie, on voit bien que la mobilité des Français a clairement été accéléré par la crise sanitaire. Le souhait de disposer d’un espace extérieur, d’un logement plus grand, mais aussi la volonté d’être dans une zone moins densément peuplée sont les motifs de mobilité les plus fréquents.

Hausse des prix

Le problème, c’est que cette augmentation de la demande entretient la hausse des prix, en particulier pour les maisons avec jardin qui sont devenues le bien le plus convoité. Sur l’année 2021, au niveau national sur la base de leur l’échantillon de promesses de ventes, les notaires évaluent la hausse des prix proche de 5% pour les appartements et de 10% pour les maisons. Ces tendances sont même supérieures en province car la hausse des prix est désormais plus contenue en région parisienne. Globalement, malgré des taux d’emprunt qui ont encore un peu diminué cette année, le pouvoir d’achat immobilier a baissé en moyenne de 4 m² pour les appartements et de 8 m² pour les maisons.

Et si on a beaucoup commenté ces derniers mois les nouveaux comportements d’acquéreurs se déplaçant des grandes agglomérations vers les villes moyennes avec comme conséquence de fortes hausses des prix, il faut souligner que la plupart des grandes villes sont loin de voir leurs prix reculer. Elles affichent au contraire des prix records comme à Lyon qui dépasse les 5.000 € le m² en moyenne ou Lille à presque 3.700 € le m². Parmi les 18 plus grandes villes de France, il n’y en a que trois qui n’ont pas dépassé ou retrouvé leur niveau de prix record des années 2007-2008 : Saint-Étienne, Toulon et Grenoble.

2022

Thierry Delesalle, notaire à Paris et Président de la commission statistiques immobilières, se déclare d’ailleurs un peu inquiet sur les prix pour l’année prochaine en évoquant « un risque de poussée assez forte des prix dans les régions où les stocks de biens à vendre ont fondu, par exemple en Grande couronne et dans les zones littorales ». Cela pourrait en effet entraîner des tensions et des déséquilibres le temps que les stocks se reconstituent, d’autant que la construction de logements neufs peine à prendre le relais et que les taux d’emprunt peuvent difficilement continuer à baisser. Thierry Delesalle cite aussi en exemple ces biens dans des zones rurales qui étaient en vente depuis plusieurs années et qui ont fini par trouver preneur récemment grâce aux nouvelles aspirations des acquéreurs.

a retenir

La hausse des volumes de transactions et des prix immobiliers ne s’observe pas qu’en France, c’est un phénomène devenu mondial en lien avec la crise sanitaire.

Commentaires