Emprunter avec son PEL redevient attractif

Crédit Analyse 0

A partir du 1er janvier prochain, le taux de rémunération du PEL va être significativement relevé mais le taux du droit à prêt aussi.

Cela faisait des années que les plans d’épargne logement (PEL) avaient perdu leur vocation première qui est de compléter le financement d’un achat immobilier grâce à un emprunt à taux réglementaire devenu bien trop élevé par rapport aux taux de marché. La forte remontée de ces taux d’emprunt depuis le début de l’année replace désormais les dernières générations de PEL dans la course. Les plans ouverts depuis août 2016 permettent en effet d’accéder à un prêt immobilier au taux de 2,20%, ce qui correspond à peu près aux taux proposés aujourd’hui par les banques sur 15 ans pour un emprunteur au profil moyen.

Plus de 7 barèmes sur 10 proposés par les banques se situent même entre 2,30% et 2,90% sur 20 ans d’après le dernier observatoire du courtier Meilleurtaux. Autrement dit, à peine un quart des barèmes sont inférieurs à 2,30% sur 20 ans. Surtout, ces taux vont continuer à augmenter, ce qui rendra le prêt épargne logement de plus en plus compétitif. « On se dirige clairement vers des taux à 3% sur 20 ans, niveau qui sera probablement dépassé au premier semestre 2023 », estime d’ailleurs Maël Bernier, porte-parole de Meilleurtaux.

Jusqu’à 92.000 € sur 15 ans

Avec une génération récente de PEL, vous pouvez ainsi bénéficier, après une phase d’épargne d’au moins 3 ans, d’un prêt à 2,20% pour un montant maximum de 92.000 € sur une durée allant jusqu’à 15 ans. Le montant de ce prêt épargne logement est calculé en fonction des intérêts acquis pendant la phase d'épargne. Ce prêt peut servir à financer l'achat ou la construction d'un logement mais aussi des travaux.

A noter que les PEL ouvert depuis le 1er janvier 2018 n'ouvrent plus droit à la prime d'État. Pour le PEL antérieurs (entre août 2016 et fin 2017), cette prime correspond à 100% des intérêts acquis, plafonnée à 1.525 €. Par ailleurs, vous pouvez céder vos droits à prêt à un membre de votre famille à condition qu'il soit titulaire d'un PEL ouvert depuis au moins 3 ans. De même, un membre de votre famille peut vous céder ses droits à prêt générés par son PEL. Vous pouvez aussi cumuler ses droits avec les vôtres pour un prêt d'un montant plus élevé, toujours dans une limite de 92.000 €.

En conclusion, ceux qui ont ouvert un PEL depuis août 2016 doivent étudier son utilisation dans le cadre d’un projet immobilier et surtout ne pas le fermer à moins de n’avoir aucun projet immobilier à l’avenir. La seule contrainte à garder ce produit est de supporter un faible rendement de son épargne (0,70% ou 0,83% net).

Révision des conditions en janvier 2023

Ceux qui n’envisagent le PEL que pour son épargne pourront d’ailleurs préférer clôturer un plan récent pour en ouvrir un nouveau début 2023. Il faut en effet bien avoir en tête que le taux de rémunération du PEL et le taux du droit à prêt n'évoluent jamais : ils sont fixés une fois pour toutes au moment de son ouverture.

A partir du 1er janvier prochain, le taux de rémunération du PEL va en effet être significativement relevé, probablement à 2% voire 2,25%, ce qui laisserait un rendement net de 1,40% ou 1,575% après imposition à 30% (impôt sur le revenu et prélèvements sociaux). Ce nouveau taux sera annoncé début décembre par la Banque de France. En conséquence, le taux du prêt sera lui aussi relevé et devrait se situer au moins à 3,20%. Cette nouvelle génération de PEL, plus intéressante du pont de vue de l’épargne, reperdra cependant son avantage pour financer un projet immobilier. Attention donc aux arbitrages en fonction de ses projets.

Commentaires (2)
  • Utilisateur2749705
    Utilisateur2749705posté le 09.11.2022 à 14:44

    Avec une inflation de 6% cette mer de de placement est à proscrire.
    Sans compter les impots 30% sur cette crotte d´état ne rapporte plus rien au contraire elle te coute de l´argent.
    Tout ça pour obtenir un pret 50% + cher qu´un pret normal !!!

  • Utilisateur30802
    Utilisateur30802posté le 21.11.2022 à 10:29

    On ne pouvais pas dire mieux !