Brexit : quelles conséquences sur le marché immobilier ?

Tendance Analyse 0

En même temps que les marchés boursiers, les devises et les taux ont immédiatement réagi à cet événement économique inédit dont il est aujourd’hui difficile de mesurer les conséquences à moyen terme...

Reuters

La décision des Britanniques de voter pour la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, ce fameux Brexit tant redouté par les investisseurs, aura-t-elle des conséquences sur le marché immobilier ? En même temps que les marchés boursiers, les devises et les taux ont immédiatement réagi, ce vendredi matin, à cet événement économique inédit dont il est aujourd’hui difficile de mesurer les conséquences à moyen terme, notamment par ces éventuels effets de contagion à d’autres pays européens.

Livre Sterling sous pression

La Livre Sterling a logiquement chuté malgré l’action des banques centrales et les taux d’intérêt des emprunts d’Etat jugés les plus sûrs (Allemagne, France) se sont fortement repliés. Pendant que le CAC40 plongeait de 10% ce matin avec des replis dépassant 20% pour les actions des banques françaises, le Bund allemand à 10 ans s’est enfoncé en territoire négatif jusqu’à -0,17% et les taux à 10 ans de la France sont retombés à leur plus bas historique autour de 0,3%.

Taux longs en baisse

A première vue, cette faiblesse des taux longs peut sembler une nouvelle opportunité pour les emprunteurs, en particulier pour les taux immobiliers, sachant que la BCE va certainement soutenir les liquidités des banques par des lignes de refinancement à taux négatifs. A contrario, les banques vont être fragilisées dans leurs activités de marchés et seront peut-être tentées de reconstituer leurs marges sur les taux immobiliers dans la banque de détail.

Maël Bernier, Directrice de la communication du courtier en prêts immobiliers Meilleurtaux.com, n’attend cependant pas de répercussion sur la distribution de crédit, ni sur les taux des crédits aux particuliers, ni sur la santé financière des banques de détail françaises à court et moyen termes.

Le Grand Paris en lumière ?

Quant aux prix de l’immobilier, Londres va certainement ressentir les conséquences directes de ce Brexit. En perdant de l’attrait économique au sein de l’Union Européenne, Londres pourrait voir ses prix du mètre carré redescendre de leurs sommets. La métropole du Grand Paris pourrait même en bénéficier, d’autant que le différentiel de prix entre Paris et Londres reste aujourd’hui fortement à l’avantage du centre de Londres (souvent plus de 10 000 € le m²). La chambre des notaires de Paris rappelait ainsi en début d’année que malgré un territoire plus vaste et une population nettement plus nombreuse, les prix d’un logement à Londres atteignent une valeur moyenne de 720 000 €, beaucoup plus élevée qu’à Paris, où 450 000 € environ permettent de devenir propriétaire de 56 m² (la surface moyenne).

Coup d’arrêt à la flambée des prix à Londres

Patrick Baseden, Responsable de Barnes Investment Consulting, évoque ainsi une correction à la baisse de l’immobilier à Londres mais observe que la baisse de la livre sterling rend  le marché anglais plus attrayant pour les investisseurs. Selon lui, «le Brexit  marque, de façon certaine, un arrêt de la hausse, mais la baisse devrait cependant rester contenue  dans un premier temps, tant les conséquences du Brexit restent incertaines».

Commentaires (2)
  • patr94
    patr94posté le 29.06.2016 à 23:44

    Je ne crois pas trop aux vases communiquants. Ce n'est pas parceque le prix du M2 à Londres va baisser, qu'à Paris les prix vont remonter comme le laisse entendre l'article. Les prix sont suffisamment élevés à Paris, les familles ne peuvent plus se loger (ou très difficilement) à Paris. Les beaux quartiers sont investis par les riches étrangers.
    D'autres capitales peuvent attirer également.

  • les bons plans immo
    les bons plans immoposté le 28.06.2016 à 21:38

    à noter aussi que 70 000 retraités britanniques sont propriétaires en France et qu'ils sont immédiatement impacté par la baisse de la Livre.