Assurance emprunteur : les habitudes alimentaires et sportives pourraient permettre de faire des économies

Tendance Analyse 0

Pour pallier l'absence des questionnaires de santé sur les emprunts de moins de 200.000 €, des questionnaires de comportement devraient apparaître...

Pixabay

La fin du questionnaire médical pour l’assurance emprunteur des prêts inférieurs à 200.000 € (ou 400.000 € pour un couple en quotité 50/50), dès lors que l’échéance du remboursement du crédit est antérieure au 60ème anniversaire de l'assuré, est pour bientôt. Cette mesure phare de la loi Lemoine pour un accès plus juste, plus simple et plus transparent au marché de l'assurance emprunteur entrera en application le 1er juin.

La moitié des crédits immobiliers concernés

Cette fin du questionnaire médical lors de la souscription d’une assurance emprunteur concerne environ la moitié des crédits immobiliers en volume, ce qui va être lourd de conséquences pour ce marché, à la fois pour les assureurs et pour les emprunteurs. Les assureurs ne pourront plus opérer de sélection médicale et n’auront d’autre choix que de mutualiser le risque pour remplacer les surprimes et exclusions partielles. Cette mutualisation du risque est justement défendue par les banques et explique pourquoi les tarifs des assurances bancaires sont plus chers que celles des assureurs alternatifs, personnalisées en fonction de chaque profil.

Des répercussions à la hausse sur les tarifs

Cette absence de sélection médicale va donc forcément avoir des répercussions à la hausse sur le tarif des assurances déléguées. Les assureurs vont quand même tenter d’en savoir plus sur le profil des emprunteurs au moyen de questionnaires de comportement. Ces questionnaires pourront notamment aborder le statut de fumeur ou non-fumeur qui n’est pas à proprement dit une information médicale. Des informations relatives à la pratique d'activités sportives pourraient également être demandées sur ce type de questionnaire. D’après une professionnelle du secteur, ces évolutions devraient cependant mettre du temps à se mettre en place et peu de questionnaires de comportement sont susceptibles d'être disponibles dès le 1er juin. Certains assureurs pourraient même préférer abandonner les couvertures d’emprunts inférieurs à 200.000 € non soumis à un questionnaires de santé.

Innovations tarifaires attendues

D'autres acteurs veulent cependant profiter de cette nouvelle réglementation pour innover au niveau des tarifs. L’assureur et courtier d’assurance emprunteur Wedou.fr prépare justement une approche comportementale inédite en récompensant les comportements qui permettent de se maintenir en bonne santé. Tout l’inverse du système actuel fondé sur la sanction des risques… Au-delà des critères traditionnels comme l’âge des emprunteurs ou leur profession, les habitudes alimentaires et sportives des assurés deviendront ainsi de nouveaux critères de sélection retenus par Wedou pour définir le montant de l’assurance, avec à la clé des tarifs moins chers et ultra personnalisés.

Pour mesurer ces comportements, Wedou innove aussi en prévoyant de recourir aux applications que les assurés possèdent déjà sur leur smartphone comme celles comptabilisant les pas effectués chaque jour ou celles enregistrant les activités sportives (running, vélo, natation...). Les progrès effectués chaque année par les assurés pourraient même être gratifiés par une réduction du prix de leur assurance emprunteur.

Commentaires
Immobilier
Actu0

Gel des loyers : l’option est sur la table de l’exécutif

La Première ministre et Emmanuel Macron envisagent de geler temporairement les loyers à partir de cet été. Une piste qui avait été écartée pendant la crise du Covid. Mais l'urgence de la protection du pouvoir d'achat change la donne.

Lire la suite