Un ralentissement probable mais pas de baisse de prix envisagée en 2018

Tendance Actu 0

Le réseau Century 21 évoque l’éventualité d’une nouvelle hausse de prix de 1% à 2% au niveau national cette année.

Seger

Après une année 2017 exceptionnelle pour le marché immobilier français, le réseau Century 21 (plus de 800 agences en France) s’attend encore à une bonne année 2018, sans toutefois connaître de nouveaux records. Difficile en effet de faire davantage que le million de transactions de logements anciens qui devrait être plus ou moins atteint en 2017 selon les estimations des professionnels du secteur.

Les taux, toujours les taux

«2018 sera sûrement un peu moins bon en volume», avance le patron de Century 21, Laurent Vimont. Son optimisme reste lié à la faiblesse des taux d’emprunt qui garantissent pour l’instant un nombre élevé de ménages solvables. Avec une mensualité de 1 000 €, les taux actuels permettent en effet d’emprunter aujourd’hui en moyenne près de 210 000 €,  un montant qui correspond globalement au prix moyen d’acquisition d’un logement ancien calculé par Century 21 au niveau national (environ 202 000 €  pour un appartement et 223 000 € pour une maison).

Amélioration de l’emploi

Il n’y a que deux régions, Ile-de-France et PACA, où le montant moyen d’une transaction est inférieur au montant qu’un ménage peut emprunter sur 20 ans avec  1 000€ de mensualités.  Bien sûr, les écarts géographiques de prix restent très importants et toutes les régions ne permettent pas de devenir propriétaire de la même surface avec une mensualité de 1 000 €. A cela, il faut aussi ajouter l’amélioration progressive sur le front de l’emploi : les chômeurs retrouvant un emploi redeviennent finançables.

Plafond de verre

Au niveau des prix,  Century 21 n’observe qu’une hausse moyenne de 1,2% en 2017 à 2 552 € le m². Si d’autres réseaux calculent une progression plus forte, comprise entre +2% et +3%, Laurent Vimont se déclare surpris que les prix n’aient pas augmenté davantage en raison de la vigueur des volumes de transactions. Il a toutefois observé l’an dernier un reflux de l’augmentation des prix au deuxième semestre et en particulier au quatrième trimestre, ce qui lui laisse penser «qu’on a peut-être touché un plafond de verre des prix immobiliers au niveau national».

Cette modération des prix est d’ailleurs le plus souvent accompagnée d’un ralentissement des volumes dans les régions concernées. Certes, les prix sont encore légèrement inférieurs aux records de 2011 (2 665 €) pour la moyenne nationale, mais l’écart est faible.

Encore une petite hausse de prix ?

Hors accident sur les taux, une baisse des prix ne fait partie des scénarios  envisagés par le dirigeant de Century 21 en 2018. Malgré le fait que les prix ont probablement touché leurs plus hauts dans certaines régions sauf à Paris et dans les Hauts-de-Seine (des marchés de secundo-accédants qui s’auto-alimentent par les plus-values à la revente), Laurent Vimont évoque l’éventualité d’une nouvelle hausse de prix de 1% à 2% au niveau national cette année.

Commentaires
Immobilier
Actu0

Paris séduit de plus en plus de personnes fortunées

Les prix de l'immobilier de prestige sont à nouveau tirés à la hausse depuis 2 ans avec une progression de +10% en 2017, ce qui est loin d’avoir dissuadé les acquéreurs, selon l'analyse du réseau Barnes.

Lire la suite