Taux immobiliers : une hausse de 0,65% dans le pire des cas d’ici fin 2016 !

Crédit Actu 0

Selon le dernier observatoire CSA/Crédit Logement, la remontée des taux sera limitée et ne remettra pas en cause le dynamisme du marché. Au pire, ils devraient être de 2,65% dans un an et demi

Boursier.com

Tous les observateurs s’accordent à dire que la baisse des taux immobiliers est désormais derrière nous. En revanche, les avis sont plus partagés sur la tendance à venir. Va-t-on avoir une période de stabilisation ? Les taux vont-ils remonter progressivement ? La hausse sera-t-elle au contraire rapide ?

2,12% à 2,36% fin 2015

Les conclusions du dernier Observatoire CSA/Crédit Logement sont en tout cas de nature à rassurer. Fin juin, les emprunteurs bénéficiaient de conditions particulièrement avantageuses avec un taux moyen de 2,01% (1,9% à 15 ans, 2,17% à 20 ans et 2,54% à 25 ans pour les taux fixes). Or, d’après les projections présentées cette semaine, la remontée devrait être modérée, quel que soit le scénario retenu.

D’ici à la fin de l’année, le taux moyen pourrait ne pas dépasser 2,12% dans le meilleur des cas (soit 0,11% de plus qu’actuellement). Et même avec le scénario le moins favorable, la progression ne devrait pas dépasser 0,35%. Ainsi, à 2,36% en moyenne, les taux ne feraient que revenir à leur niveau du début d’année.

2,65% au pire en 2016

Pour 2016, rien d’alarmant non plus. L’Observatoire table en effet sur un taux compris entre 2,36% et 2,65%, soit une progression de 0,35% à 0,64% par rapport à fin juin. Et le rapport de rappeler qu’au pire, le marché serait ainsi au même niveau qu’à l’été 2014.

Il est d’ailleurs à souligner que les relèvements de taux décidés par les banques cet été pourraient bien constituer l’essentiel de la hausse jusqu’à la fin de l’année prochaine. De fait, Crédit Logement et l’institut CSA prévoient une moyenne de 2,27% à 2,32% dès le mois de septembre prochain. En tout cas, même avec le pire des scénarios, « la remontée des taux ne sera pas de nature à casser le dynamisme du marché », d’après l’Observatoire.

Commentaires (3)
  • jeanlf
    jeanlfposté le 24.07.2015 à 17:17

    Analysons calmement la conjoncture ...
    chômage historique, emplois précaires, indice de tension immobilière à 0,4 (iti), et qui baisse, plus que 2,5 vendeurs par acheteur en France, papy-boom (qui durera 30ans), fuite des retraités, baisse des loyers, hausse des taxes proprio, notaires débordés de ventes aux enchères, rentabilité locative en berne, fuite des investisseurs immo en masse,

  • jeanlf
    jeanlfposté le 24.07.2015 à 17:17

    Ajoutez à cela qu'une augmentation de 1% des taux d'emprunts entraine mécaniquement une baisse de 15% des prix des vendeurs. Un énorme manque à gagner pour les vendeurs.
    Chacun de ces arguments est suffisants pour justifier une baisse de l'immobilier, alors en cumulé... Il n'est pas du tout exclu d'assister à une vente panique et à un retour aux prix de 1998-2000 d'ici très peu de temps.
    Il ne fera pas bon d'être propriétaire durant l'éclatement de la bulle immobilière.

  • stup
    stupposté le 22.07.2015 à 21:56

    de quoi terminer la construction d'une belle bulle avec des daubes à prix délirants.. achetés sans compter avec de "l'argent gratuit"