Syndics : attention aux honoraires pour le suivi des travaux !

Tendance Actu 0

D’après l’Association des Responsables de Copropriétés (ARC), un an après la mise en place de la loi Alur, 1 contrat de syndic sur 3 ne respecterait pas la réglementation en vigueur…

CBOTerritoria

Lorsque des travaux sont votés dans une copropriété (hors budget prévisionnel) tels qu’un ravalement de façade, une réfection de la toiture ou une réparation des ascenseurs, le syndic se rémunère généralement par un pourcentage sur le montant de ces travaux. Ce pourcentage est moins élevé lorsqu’un maître d’œuvre (architecte) intervient. Logique puisque l’architecte facture lui aussi sa prestation par un pourcentage des travaux. Dans ce cas-là, le syndic justifie sa rémunération par la gestion administrative et financière des travaux.

Facturation systématique

Pour éviter que les syndics ne facturent systématiquement un pourcentage parfois élevé (généralement de 2% à 4%), la loi Alur a interdit qu’un barème de ces prestations soit inclus dans les contrats de syndics, ce barème étant généralement directement repris dans l’ordre du jour des Assemblées Générales et donc validé lorsque les copropriétaires votent les travaux. Le but est d’imposer un débat en Assemblée Générale pour justifier de cette rémunération des syndics en fonction des travaux. Le pourcentage doit d’ailleurs être dégressif selon l’importance des travaux.

1 contrat sur 3

D’après l’Association des Responsables de Copropriétés (ARC), un an après la mise en place de la loi Alur, 1 contrat de syndic sur 3 ne respecterait pourtant pas la réglementation en vigueur. Beaucoup de syndics mentionnent en effet dans leurs contrats des pourcentages sur travaux «à titre indicatif» mais dans la pratique imposés dans l’ordre du jour des AG.

Question spécifique en AG

L’ARC recommande donc de faire vérifier ce point par le conseil syndical lors de sa réunion préparatoire de l’assemblée générale ordinaire, et ensuite par tous les copropriétaires dans la convocation de l’assemblée générale. Si le syndic a inclus dans son contrat une clause fixant ses honoraires sur travaux, il conviendra alors de le signaler au président de séance et d’exiger la suppression de cette référence dans le projet de résolution et de contrat, avant de soumettre au vote la désignation du syndic.  Lors d’une assemblée générale devant se prononcer sur des travaux, l’association appelle à veiller à l’existence d’une question spécifique sur les honoraires de suivi du syndic. Dans le cas contraire, le syndic ne pourrait prétendre à la moindre rémunération…

Exemple

Dans le cas d’un ravalement de façade avec intervention d’un architecte, le montant pour une résidence de 40 appartements peut facilement dépasser les 200.000 euros HT. Avec un pourcentage de 2%, la rémunération du syndic pour le suivi des travaux et des paiements peut ainsi atteindre 4.000 euros. Un montant que les copropriétaires doivent donc débattre en Assemblée Générale pour espérer le revoir à la baisse.

Commentaires