Seuls 5 départements de métropole conservent des droits de mutation à taux réduit

Fiscalité Actu 0

Dans les Yvelines, en Loire-Atlantique et dans la Vienne, le taux des droits de mutation est passé à 4,5% depuis le 1er janvier 2015 comme c’est le cas dans la plupart des autres départements français...

Boursier.com

En ce début d’année 2015, il ne subsiste plus que 5 départements de métropole et deux départements d’Outre-mer où la hausse des droits de mutation (DMTO), cette taxe payée chez le notaire lors de l’acquisition d’un bien immobilier, n’a pas été augmentée.

Taux plafond de 4,5%

Dans les Yvelines, en Loire-Atlantique et dans la Vienne, ce taux est passé à 4,5% depuis le 1er janvier 2015 comme c’est le cas dans la plupart des autres départements français à la petite exception farfelue de la Côte d’Or qui applique un taux de 4,45%.

7 départements à taux réduit

Pour bénéficier du taux réduit de 3,8% qui était en vigueur avant le 1er mars 2014, il faut aller à Paris, en Isère, dans le Morbihan, en Mayenne, dans l’Indre, en Guyane ou en Martinique. Ces départements sont désormais les seuls à ne pas appliquer la hausse qui doit préalablement être votée chaque année par les conseils généraux. Une hausse qui  avait été autorisée à l’origine pour deux ans (jusqu’à fin février 2016) mais qui a finalement été pérennisée par le gouvernement pour renflouer les caisses des collectivités territoriales.

Jusqu'à quand ?

Pour l’achat d’un logement ancien, ces 7 départements permettent donc d’économiser 0,7% du prix de vente lors de la signature chez le notaire, un montant qui représente par exemple 2 100 euros pour un appartement payé 300 000 euros. Ces départements gardent bien sûr la faculté de relever leur fiscalité à l'avenir jusqu'au taux plafond de 4,50%. Mais s'ils votent en ce sens après le 16 avril 2015, la hausse ne sera effective qu’à compter du 1er janvier 2016.

Commentaires
Immobilier
Analyse0

Taxe d’habitation : qui paye quoi cette année ?

La réduction progressive de la taxe d'habitation pour les Français qui la paient encore au titre de la résidence principale disparaîtra bien en 2023, ont confirmé mercredi les ministres Bruno Le Maire et Olivier Dussopt.

Lire la suite