Ralentissement général des prix en région parisienne, un peu moins pour les maisons

Tendance Actu 0

Pour Paris intra-muros, les notaires estiment que les prix ont baissé de 2% par rapport au point haut de 2020.

Ville de Paris

La chambre des notaires du Grand Paris observe toujours des prix de l’immobilier existant en voie de stabilisation depuis quelques mois, avec pour conséquence des hausses annuelles de prix qui ralentissent. « Les prix ont généralement stagné ces derniers mois, avec une tendance baissière plus marquée à Paris », confirment ainsi les notaires dans leur dernière note de conjoncture.

Pour Paris intra-muros, les notaires situent le point haut des prix à 10.850 € le m² à la fin de l'été 2020 mais leurs indicateurs avancés issus des promesses de vente font apparaître aujourd’hui une valorisation moyenne d’environ 10.630 € le m², laissant apparaître une baisse de 2%.

En Petite et Grande Couronne, les notaires parlent d’un atterrissage des prix en douceur, « sous la forme d’un plateau qui marque la stabilisation ou une tendance à une légère érosion attendue des prix. » Toujours d’après les promesses de ventes, la moyenne de prix de la Petite Couronne se situerait actuellement à 5.310 € le m² pour les appartements, un niveau stable par rapport à 5.330 € le m² entre novembre 2020 et janvier 2021. En Ile-de-France, la hausse annuelle des prix des appartements serait ainsi ramenée à +1,5% avec +3,3% en Petite Couronne et +1,5% en Grande Couronne.

La demande de maisons reste forte

S’agissant des maisons, qui ont connu une forte accélération de leurs valorisations depuis la crise sanitaire, un ralentissement s’opère également mais il est beaucoup plus modéré compte tenu de la pression de la demande actuelle sur ce type de biens.

« L’aspiration à davantage d’espace intérieur et extérieur est réelle ; celle d’une vie à la campagne relève en revanche davantage d’un idéal que seules certaines catégories de la population – notamment les plus jeunes, les cadres et les Franciliens – envisagent réellement », observe Ludovic Huzieux, co-fondateur du réseau de courtage en prêts immobiliers et assurance emprunteur Artémis courtage. Les confinements successifs et restrictions imposées depuis un an suscitent logiquement des envies d’espace chez ces publics vivant globalement dans des logements plus étroits et des zones plus denses.

D’après un sondage OpinionWay commandé par Artémis courtage et réalisé juste avant les dernières restrictions sanitaires touchant 16 départements dont la région parisienne, les Franciliens seraient d’ailleurs 16% à projeter l’achat d’une résidence secondaire, 7 points de + que les provinciaux.

Saisonnalité perturbée

Le prix de vente moyen d’une maison en Petite Couronne repasserait ainsi juste sous les 400.000 € d’après les dernières estimations des notaires. En fonction de l’éloignement de Paris, les prix des maisons restent très hétérogènes puisqu’on se situe souvent à plus de 700.000 € dans les Hauts-de-Seine, plus du double des prix de la Seine-Saint-Denis qui tournent autour de 300.000 €. Le département le plus accessible reste la Seine-et-Marne autour de 260.000 €. Les prix continueraient par ailleurs à augmenter dans les Yvelines, à environ 408.000 € en moyenne désormais. Les indicateurs avancés des notaires calculent une hausse annuelle du prix des maison d’encore +4% en Ile-de-France, + 2,5% en Petite Couronne et +4,7% en Grande Couronne.

Le mois dernier, les notaires avaient attiré l’attention sur le fait que ce fléchissement du prix des maisons puisse être lié à la saisonnalité traditionnelle qui a été décalée par la crise sanitaire. Alors qu’habituellement, le boom des achats immobiliers se fait au printemps en prévision d’une installation avant la rentrée, les confinements de 2020 ont perturbé ce cycle en le décalant de 6 mois.

Commentaires
Immobilier
Actu0

Déjà finie la baisse des prix à Paris ?

La chambre des notaires du Grand Paris observe déjà un rebond si bien que l’ampleur de la baisse semble restée limitée entre 2% et 3%, soit à peine 300 € par m².

Lire la suite