Premier couac pour les nouveaux diagnostics de performance énergétique (DPE)

Tendance Actu 0

Le ministère de la Transition énergétique vient d'annoncer qu'il recommandait de suspendre l'édition des DPE pour les logements construits avant 1975. Des "résultats anormaux" ont été détectés sur ces diagnostics.

Ministère de la Transition écologique et solidaire

A peine lancé, le DPE connaît déjà son premier couac. En place depuis le 1er juillet, le nouveau diagnostic de performance énergétique - sur lequel s'appuie le déploiement des nouvelles exigences de rénovation du parc énergétique issues de la Loi Climat & Résilience - est temporairement suspendu pour les logements dont la construction date d'avant 1975, annonce le ministère de la Transition énergétique dans un communiqué de presse publié ce vendredi 24 septembre.

Suite à des remontées de terrain, des résultats anormaux ont été détectés sur les étiquettes du DPE pour certains types de logements, parmi ceux construits avant 1975. Des analyses sont en cours afin d’identifier précisément l’origine des anomalies constatées, et y apporter les corrections nécessaires, explique l'exécutif.

Suspension

Sans donner plus de détails sur la nature de ces irrégularités, et dans l’attente des résultats de ces investigations, la direction générale de l’aménagement, du logement et de la nature du ministère de la Transition écologique recommande aux diagnostiqueurs de suspendre l’édition des DPE pour les logements datant d’avant 1975, hormis dans les cas rendus nécessaires par des transactions urgentes.

Néanmoins, ils peuvent toujours effectuer les visites des logements ainsi que les mesures nécessaires, pour l’élaboration future du DPE une fois les correctifs apportés, précise le ministère.

Coût des consommation et habitudes de vie

Les principaux problèmes constatés seraient relatifs au calcul du coût des consommations (dont la marge d'erreur pour l'électricité serait de plus de 30% par rapport à la consommation réelle) et à la façon dont est calculée l'incidence des consommations énergétiques par rapport aux habitudes de vie des occupants : deux causes probables des écarts de résultats constatés entre l'ancien DPE et le nouveau DPE, selon les remontées de terrain de la Fédération interprofessionnelle du diagnostic immobilier (Fidi) et de l'Union des syndicats immobiliers (Unis).

Les deux fédérations alertent sur un ensemble d'autres dysfonctionnements, notamment dans les calculs de déperdition thermique des bâtiments.

Mesures correctrices

Le ministère du Logement réunira le 4 octobre les diagnostiqueurs, les agences immobilières et les éditeurs de logiciels. Un bilan complet des DPE réalisés depuis le 1er juillet sera présenté, détaillant les anomalies constatées et précisant les mesures correctrices qui seront intégrées dans le nouveau DPE.

Ces mesures seront de nature à garantir la qualité des DPE réalisés depuis le 1er juillet, sans frais supplémentaire pour les propriétaires immobiliers, précise le communiqué.

Commentaires (7)
  • Utilisateur2167612
    Utilisateur2167612posté le 29.09.2021 à 12:48

    ce gouvernement disjoncte

  • lbda21
    lbda21posté le 24.09.2021 à 16:36

    Ce gouvernement est totalement inapte à la gestion de la rénovation et au calcul de la performance des logements; il confond tout et n'a rien compris car nul en sciences.

  • lbda21
    lbda21posté le 24.09.2021 à 16:27

    On aura jamais vu une telle palette de cancres dans un ministère depuis macron; il faut virer tous ceux qui en sont à la tête, élus ou nommés .

  • a1039
    a1039posté le 24.09.2021 à 14:40

    Possiblement, le dysfonctionnement peut concerner les maisons à chauffage électrique parfaitement bien isolées : celle de mes parents, construite en 1972 et vendue récemment après leur décès a été diagnostiquée F et une consommation théorique chauffage + eau chaude de plus de 11000€ par an alors que, pour avoir vu les factures, sur un an, le total ne dépassait pas 2000€ !

  • Utilisateur32097
    Utilisateur32097posté le 24.09.2021 à 14:44

    Indeed, les thermiciens ont constaté des anomalies sur le calcul des déperditions thermiques, débits d'infiltrations etc. qui auraient "significativement" dégradé la note du DPE des logements.

  • mangrove
    mangroveposté le 24.09.2021 à 14:15

    Quel est donc le problème ?

  • Utilisateur32097
    Utilisateur32097posté le 24.09.2021 à 14:35

    Les principaux problèmes constatés seraient relatifs au calcul du coût des consommations (dont la marge d'erreur pour l'électricité serait de plus de 30% par rapport à la conso réelle) et à la façon dont est calculée l'incidence des consommations énergétiques en lien avec les habitudes de vie des occupants (Fédération interprofessionnelle du diagnostic immobilier et de l'Union des syndicats immobiliers).