Loyers : d’infimes hausses à venir sur la base du dernier IRL

Tendance Actu 0

L’indice de référence publié par l’Insee n'a progressé que de 0,09% au premier trimestre 2021.

Reuters

Les loyers des contrats de location en cours ne vont guère progresser dans les semaines à venir. Les révisions annuelles sont en effet basées sur l’indice de référence des loyers (IRL) publié par l’Insee. Or le dernier IRL du premier trimestre 2021 a progressé de seulement +0,09%, à 130,69, après +0,20% au trimestre précédent.

Entre la mi-avril et la mi-juillet

Cet indice, calculé à partir de l’inflation hors tabac et loyers, sert de base à la révision annuelle des loyers. Concrètement, à chaque date anniversaire du bail, le loyer peut être revu à la hausse en fonction du dernier IRL connu. Ainsi, cette publication concerne directement les baux qui font référence à l’IRL du premier trimestre, c’est-à-dire les contrats de location dont la date anniversaire se situe entre la mi-avril et la mi-juillet.

Exemple

La révision se fait sur le loyer hors charges. Un locataire ayant un loyer de 700 euros (dont 50 euros de charges) verra par exemple son loyer nu passer de 650 euros à 650,59 euros (+0,09%), soit 700,59 euros charges incluses.

Des niveaux historiquement faibles

La révision des loyers basés sur l’IRL du premier trimestre sera en tout cas beaucoup moins forte que celle de l’an passé qui avait atteint +0,92% à la même période. Il faut remonter à la période 2015-2016 (7 trimestres avec un IRL proche de 0) pour retrouver des niveaux si faibles de revalorisation des loyers. Le prochain IRL du deuxième trimestre sera publié le 13 juillet.

a savoir

Toute révision annuelle de loyer peut être opérée dans le délai d'un an suivant la date de révision du bail. Si un bail a pour date anniversaire le 15 avril 2021, le propriétaire pourra augmenter le loyer jusqu'au 16 avril 2022.

Commentaires
Immobilier
Analyse0

Un après-Pinel est-il vraiment possible ?

Une mission confiée à l'Inspection générale des finances estime que le développement de nouveaux fonds pourrait permettre de continuer à diriger l’épargne des ménages vers le logement intermédiaire.

Lire la suite