Logements neufs : la flambée du coût des matières premières inquiète les professionnels

Tendance Actu 0

Le mouvement s’étend désormais au bois de construction, aux produits plastiques et au polyuréthane...

La Fédération Française du Bâtiment (FFB) alerte à nouveau sur la baisse des mises en chantier de logements neufs et des permis de construire : « les évolutions à fin janvier ne rassurent pas, avec des permis encore en recul de 9% en glissement annuel sur trois mois, après -15% en 2020. Sans relance puissante et rapide, la barre des 300.000 logements commencés sera très probablement enfoncée au tournant 2021-2022 », prévient l’organisation professionnelle.

Quelles aides ?

La FFB propose toujours de relancer la primo-accession avec un crédit d’impôt sur les cinq premières annuités d’emprunt pour un premier achat dans le neuf. Quant à l’investissement locatif, la FFB rappelle son souhait de voir majorer transitoirement la réduction d’impôt du dispositif Pinel. Par ailleurs, la FFB continue de militer pour l’annonce rapide d’un accompagnement financier permettant de couvrir les surcoûts associés à la RE2020 qui s’appliquera à partir de 2022. Cela permettrait de compenser la hausse du prix des maisons ou des appartements qui risque de désolvabiliser les ménages les plus modestes.

Dérive des coûts des matières premières

Les professionnels s’inquiètent aussi d’une violente dérive des coûts des matières premières depuis la fin 2020, au risque là encore que cela se répercute dans le prix final facturé aux acquéreurs. La FFB évoque des hausses de 4% pour l’aluminium, le plomb ou le zinc en glissement trimestriel à fin janvier 2021, +6,6 % pour le cuivre et encore davantage sur l’acier (+7,6%). Le mouvement s’étend désormais au bois de construction, aux produits plastiques et au polyuréthane, « dont les prix fournisseurs connaissent de véritables envolées et, pire encore, qui connaissent des ruptures de livraisons. » Les craintes se portent maintenant vers des équipements plus techniques, dotés de puces électroniques ou autres composantes en silicium.

Pénalités de retard

Dans l’immédiat, cette hausse généralisée des coûts, redoublée de risque de pénalités de retard de chantiers faute de disposer des matériaux à mettre en œuvre, pénalise lourdement les entreprises dont les marchés restent le plus souvent signés à prix fermes. La FFB demande donc que soit réactivée pour quelques mois les ordonnances qui, au printemps 2020, avaient transitoirement gelé les pénalités de retard qui peuvent s’appliquer par exemple à la construction d’une maison ou d’un appartement en VEFA.

Commentaires