L’immobilier reste une manne financière pour Paris

Fiscalité Actu 0

20% du budget de la ville de Paris est assuré par la taxe départementale sur les transactions immobilières. Cette taxe supportée par les acquéreurs d’un logement ancien a permis en 2014 à la municipalité de Paris d’encaisser 1 milliard d’euros.

Reuters

Paris fait partie des rares départements à ne pas avoir profité de la possibilité qui leur est offerte d’augmenter le taux des droits de mutation de 3,8% à 4,5%. il faut d'ailleurs rappeler que Paris est l'unique commune française qui est en même temps un département. Proportionnelle aux prix de l’immobilier puisque calculée sur le prix de vente, cette taxe supportée par les acquéreurs d’un logement ancien et collectée par les notaires, a permis en 2014 à la municipalité de Paris d’encaisser un peu plus de 1 milliard d’euros, soit environ 20% du budget de la ville 8,2 milliards d’euros.

Ecarts de prix de 1,5 à 6 fois

Avec des prix encore proche de 8 000 euros le mètre carré en moyenne et des écarts allant de 5 500 euros pour les quartiers les moins chers jusqu’à 13 000 euros pour les zones les plus prestigieuses, l’immobilier reste une manne financière pour Paris.

Au sein de l’hexagone, les prix de Paris sont 1,5 à 6 fois supérieurs à ceux des départements de province. Le deuxième département le plus cher derrière Paris reste les Hauts-de-Seine à 5 500 euros environ, loin devant le Cher à 1 200 euros. En dehors de l’évolution des volumes, Paris jouit donc de recettes proportionnellement deux à cinq fois supérieures aux autres régions sur les transactions immobilières.

Budget 2015

La ville a construit son budget primitif 2015 (8,2 milliards d’euros) en prenant en compte 1,12 milliards d’euros de recettes de droits de mutation à titre onéreux (sur 13 mois). Paris devrait donc pouvoir encore se passer d’une augmentation du taux à 4,5%. Un moindre mal pour les futurs propriétaires à Paris, pour qui une augmentation des droits de mutation serait plus pénalisante qu’ailleurs…

Exemple

Pour un deux pièces de 50 mètres carrés négocié 430 000 euros dans le 15ème arrondissement de Paris, la ville encaissera 16 340 euros (3,8%). A Marseille, un deux pièces de même superficie vendu 120 000 euros, n’apportera que 5 400 euros de recettes (4,5%) au Conseil Général des Bouches-du-Rhône.

Commentaires