Les taux se stabilisent mais les conditions d’octroi se durcissent

Crédit Actu 0

Plusieurs courtiers observent une hausse des refus de financement pour certaines catégories d'emprunteurs...

iStock

Après trois mois précédents (de novembre à janvier) de légère remontée des taux d’emprunt immobiliers plus ou moins ciblée en fonction des profils d’emprunteur ou des durées, une relative stabilité est observée en février à la lecture des premières grilles transmises par les courtiers.

« Après trois mois de hausse des barèmes, les banques ont ce mois-ci choisi de maintenir leurs taux pour une large part des emprunteurs, et ont même appliqué des baisses, qu’elles réservent aux meilleurs profils », note Alban Lacondemine, président fondateur d’Emprunt Direct. A l’inverse, le courtier Vousfinancer constate à nouveau quelques remontées de taux, en particulier sur les durées les plus longues et les profils avec les revenus les plus faibles ou avec peu d’apport.

Durcissement des conditions d’octroi des crédits

Février confirme en effet un durcissement des conditions d’octroi des crédits en liaison avec les recommandations des autorités prudentielles. « On constate d’ores et déjà que les banques cherchent à limiter les prêts, même sur 25 ans, et qu’elles demandent de l’apport, notamment aux ménages aux revenus modestes. On voit se renforcer ce critère d’apport comme déterminant de l’accord ou non du prêt, ou du taux d’intérêt obtenu avec des écarts qui vont de 0,20 jusqu’à 0,55 % dans certaines banques », analyse Sandrine Allonier, porte-parole de Vousfinancer.

Délais de construction

Vousfinancer note également que certaines banques ne veulent absolument plus dépasser les durées de 25 ans, même dans le cas d’un achat en VEFA ou pour la construction d’une maison individuelle pour lesquelles elles pouvaient aller au-delà avec un différé de 2 ans (25 + 2 ans) pour tenir compte du délai de construction. D’autres banques refusent par ailleurs de prendre les dossiers d'investisseurs locatifs, notamment les profils qui dépassent souvent le taux d’endettement de 33%.

Hausse des refus de financement

Vousfinancer cite aussi l’exemple d’un couple de 33 et 29 ans avec 3 enfants, 1550 € de revenus pour Mr, 1100 € pour Mme, mais sans apport, pour lequel le courtier ne parvient pas à trouver de banque acceptant un financement alors que ce dossier aurait été retenu par au moins deux banques en 2019. Philippe Taboret, Directeur Général Adjoint de Cafpi, témoigne également d’une augmentation des refus de prêts : « si l’on ajoute à cela le couperet du taux d’usure, le nombre de refus de financement a plus que doublé en quelques mois passant de 10 à 25% des dossiers présentés ».

Des taux toujours très attractifs

Les emprunteurs finançables continuent bien sûr à bénéficier de taux très attractifs. Crédit Logement constate que les trois quarts des ménages qui ont emprunté sur 15 ans en janvier, ont bénéficié d’offres inférieures à 1%. Au total, toutes durées confondues, plus de la moitié des emprunteurs obtiennent d’ailleurs encore un crédit à un taux inférieur ou égal à 1%. La moyenne des taux à 25 ans se situe par ailleurs à 1,33%.

Taux des emprunts immobiliers en février 2020
L'Argent&Vous d'après les barèmes des courtiers
Durée d'emprunt10 ans15 ans20 ans25 ans
Taux moyen1,10%1,20%1,40%1,60%
Taux minimum pour les meilleurs profils0,55%0,80%0,95%1,10%
Commentaires
Immobilier
Actu0

Vente immobilière : le devoir de conseil du notaire a des limites

Des acquéreurs d'un terrain à bâtir ne peuvent pas se retourner contre le notaire actant la vente pour défaut de conseil, dès lors qu'ils ont été dûment informés lors de la signature que leur permis de construire pouvait être annulé.

Lire la suite