Les prix parisiens poursuivent leur course en avant

Tendance Actu 0

Les dernières estimations de la chambre des notaires de Paris indiquent un prix moyen de 10.300 € le m², en hausse de 7% sur un an.

Hôtel Lutetia

L’inflation des prix de l’immobilier parisien se poursuit au-dessus des 10.000 € le m². Les dernières estimations de la chambre des notaires de Paris indiquent un prix moyen de 10.300 € le m² sur la base de leur échantillon de promesses de vente, soit une hausse de 7% sur un an.

3 secteurs

La capitale peut désormais se distinguer en 3 secteurs : l’est à moins de 10.000 €/m², le centre à plus de 12.000 €/m² et l’ouest entre les deux avec des secteurs comme le 16e qui redeviennent compétitif avec un prix inférieur à 11.000 € le m². Le 6e reste le plus onéreux avec des prix qui dépassent pour la première fois 14.000 € le m² et il n’y a plus que les 19e et 20e où les prix sont encore inférieurs à 9.000 €. Le 13e vient ainsi de passer au-dessus des 9.000 € le m² même si certains secteurs comme les boulevards extérieurs restent plus abordables.

Les écarts se réduisent

Les notaires observent aussi que l’écart entre les quartiers les plus chers et les moins chers n’a jamais été aussi réduit : le rapport est ainsi de 2 entre La Goutte d'Or (18e arrondissement) à près de 8.000 € et Odéon (6e) qui culmine à 16.000 €.

Toujours un manque d’offre de biens sans défauts

Avec un peu moins de 37.000 ventes pendant les 12 derniers mois, le nombre de transactions à Paris reste encore inférieur de 5% à la moyenne annuelle des ventes observée pendant la période de fort dynamisme de 1999 à 2007 (38.500). L’activité reste en effet bridée par le manque d’offre de biens sans défauts, ce qui alimente aussi la hausse des prix. Dans le même temps, en Ile-de-France, les ventes des 12 derniers mois ont augmenté de 11% et battent de records, que ce soit pour les appartements ou les maisons. Pour les appartements, la hausse des prix atteint +5,8% sur un an en Petite Couronne et se limite à +2,7% en Grande Couronne.

Toujours les taux

Bien sûr, les acquéreurs sont encouragés par le niveau toujours extrêmement bas des taux d’intérêt d’emprunt. Beaucoup veulent en profiter et préfèrent ne pas différer leur achat pour ne pas s’exposer à une éventuelle remontée des taux. Il y a par contre un phénomène nouveau qui durcit un peu le financement : les banques se montrent actuellement moins souples sur le niveau d’apport personnel exigé. Même si les acheteurs à Paris sont généralement des secundo-accédants bien dotés en apport compte tenu des niveaux de prix de l’immobilier, le courtier Vousfinancer observe qu’il devient globalement plus compliqué d’emprunter sans apport personnel en France. La plupart des banques demandent que l’emprunteur puisse au moins financer avec de l’épargne les différents frais liés à l’acquisition du bien (ce qui correspond à un apport de 10%) et rares sont celles qui acceptent encore de prêter à 110%. Pour acheter un 3 pièces de 75 m² à Paris, un apport de 10% nécessite par exemple de disposer de plus de 75.000 €.

L’apport permet de bénéficier d’un taux plus attractif

Vousfinancer souligne aussi qu’avoir un apport personnel permet également d’obtenir un taux plus attractif. « En moyenne, les différences de taux proposés entre un dossier avec 20 % d’apport et un dossier sans apport sont de 0,20 % mais dans une banque qui cherche actuellement à limiter les financements à 110 %, l’écart atteint 0,55 % ! », note le courtier. Cette banque propose en effet des taux allant de 0,95% à 1,50% sur 20 ans selon le niveau d’apport.

Investir en location meublée. Le hors-série d’Investir vous en dit plus.

a savoir

Le prix des appartements parisiens a augmenté de près de 30% en 5 ans, d’un peu moins de 8.000 € le m² début 2015 à 10.300 € aujourd’hui.

Commentaires (1)
  • TZPEUCH
    TZPEUCHposté le 28.11.2019 à 18:18

    S il n y avait pas eu les mefaits des Gilets jaunes , avides de destruction et de pagaille , tous les samedi que Dieu fait , ca vaudrait 5% de plus .

Immobilier
Actu0

Un marché immobilier raisonnablement haussier ?

Nouveau record de transactions, hausse des prix et pouvoir d’achat immobilier globalement stable grâce à la baisse des taux. Jusqu’ici tout va bien, observent les notaires…

Lire la suite