Les prix de l'immobilier à Paris profitent de l’appel d’air des taux d’intérêt !

Tendance Actu 0

Paris s’accroche à la barre des 8 000 euros le mètre carré et il semble assez difficile d’établir un scénario pour 2015. Une chose est sûre, les prix ont peu de chance de baisser beaucoup…

Reuters

Paris reste un marché immobilier à part et la fin d’année 2014 vient encore de le prouver avec un sursaut des prix observé par le réseau MeilleursAgents.com, dont le métier est de faciliter la relation des particuliers avec les agences immobilières.

Sursaut durable ?

D’après MeilleursAgents.com, les prix auraient repris 0,3% en décembre avec une reprise de 0,5% pour les petites surfaces et auraient arrêté de baisser au quatrième trimestre. Cette résistance de fin d’année n’empêche pas un repli de 2,8% sur l’année à 7 863 euros le mètre carré selon les estimations de MeilleursAgents.com qui ne sont pas tout fait les mêmes que celle des réseaux traditionnels. Century 21 mesure par exemple une petite hausse de 0,5% en 2014 à 8 230 euros.

Le réseau Guy Hoquet calcule de son côté un prix moyen de 7 766 euros, résultant de prix des biens sans défaut toujours élevés et stables mais de biens avec défaut qui font désormais l’objet de fortes négociations. Dans le 11ème arrondissement, la différence entre un bien de qualité et un logement avec des défauts représenterait ainsi 1 000 euros par mètre carré selon Guy Hoquet Paris 11ème. Dans les quartiers plus populaires, les petites surfaces seraient par ailleurs désertées par les investisseurs qui représentaient auparavant un quart des acquéreurs. Le projet d’encadrement des loyers à Paris est en effet passé par là…

Marché de pénurie

Au-delà de ces moyennes qui s’appliquent à une capitale où les prix sont extrêmement variables d’un quartier à l’autre et même d’une rue à l’autre, cette résistance des prix reste à associer au déficit structurel d’offre de logements à Paris où les constructions neuves sont toujours aussi rares. Le patron de Century 21, Laurent Vimont, parle ainsi d’appel d’air insufflé par la baisse des taux d’intérêt d’emprunts ayant permis en 2014 à certains ménages attirés par la capitale de s’engouffrer, quitte à faire des sacrifices en terme de superficie. La part des cadres moyens parmi les acquéreurs à Paris serait d’ailleurs passée à 40% et celle des achats à titre de résidence principale à 55%.

2015

Laurent Vimont pense d’ailleurs que les prix à Paris vont rester assez stables en 2015. Sébastien de Lafond, Président de MeilleursAgents, observe aussi ce regain de vitalité des primo-accédants à la faveur de taux toujours plus bas mais table davantage sur une baisse des prix modérée en 2015, à nouveau autour de 3%, dans un contexte où le rapport de force (nombre de vendeurs rapporté aux nombre d’acheteurs) reste favorable aux acheteurs. Selon lui, la tendance baissière des prix resterait limitée en 2015 par la poursuite probable de la baisse des taux.

A la FNAIM du Grand Paris, on préfère parler de «relative stabilité» des prix, les soi-disant hausses ou baisses étant jugées statistiquement insignifiantes compte tenu de l’état actuel du marché du logement en Ile-de-France.

Commentaires