Les banques exigent à nouveau de l’apport personnel

Tendance Actu 0

La norme revient à 10% d'apport, ce qui permet de financer les droits de mutation payés chez le notaire et autres frais annexes...

Reuters

Il n’y a pas que la durée d’emprunt (25 ans maximum) et le taux d’endettement (33% maximum) qui connaissent des évolutions brutales pour les emprunteurs. Une autre contrainte est apparue dernièrement au niveau de l’apport personnel sur lequel les banques avaient eu tendance à nettement relâcher leurs exigences l’an dernier. 5% d’apport suffisait largement il y a encore quelques mois et certains emprunteurs se voyaient même financés à 110% pour un logement ancien, la banque prêtant non seulement l’intégralité du prix d’acquisition mais aussi les droits de mutation payés chez le notaire et autres frais annexes.

La norme revient à 10%

« Aujourd’hui, la norme revient à 10% d’apport personnel », constate Maël Bernier, porte-parole du courtier Meilleurtaux. Quant aux financements à 110%, ils appartiennent au passé. Dans un contexte où les banques sont incitées à davantage de prudence sur le crédit immobilier et où les refus de prêts sont en forte augmentation, bénéficier d’un apport important permet de favoriser votre dossier et même de bénéficier de taux plus avantageux.

L’apport diminue le taux d’endettement

En réduisant le montant à emprunter, l’apport personnel, pour ceux qui le peuvent, permet aussi mécaniquement d’abaisser son taux d’endettement. Cela peut ainsi être une solution pour les emprunteurs qui risquent de se heurter au taux d’endettement de 33% que les banques appliquent aujourd’hui à la règle sous la contrainte des recommandations des autorités de régulation. Opter pour une délégation d’assurance emprunteur est une autre alternative puisque le coût de l’assurance groupe des banques est généralement beaucoup plus élevé.

a savoir

Parmi les emprunteurs financés sur 25 ans par Meilleurtaux en 2019, 28% avaient un apport inférieur à 5%. Désormais, ils doivent réunir au moins 10% d’apport personnel. Dans les villes où les prix sont très élevés comme à Paris, pour acheter un 3 pièces de 75 m², un apport de 10% nécessite par exemple de disposer de plus de 75.000 €.

Commentaires