Le prix des logements neufs reste orienté à la hausse

Tendance Actu 0

Le prix moyen d’un trois-pièces calculé par Trouver-un-logement-neuf.com s'établit à un peu plus de 260 000 €, soit une hausse moyenne d’environ 4 400 € depuis le mois de mai dernier.

Nexity

La pression à la hausse sur le prix des  logements collectifs neufs se confirme dans les grandes agglomérations d’après le dernier baromètre du portail Trouver-un-logement-neuf, qui recense les programmes immobiliers à la vente en France.

+1,71% sur 6 mois

Sur les 180 villes les plus dynamiques en matière de promotion immobilière, soit avec au moins 5 programmes neufs en commercialisation par localité, Trouver-un-logement-neuf.com comptabilise 110 augmentations pour 70 baisses sur les six derniers mois. Au global, la hausse des prix est évaluée à 1,71%. Le prix moyen d’un trois-pièces, typologie de référence de ce baromètre, est ainsi calculé à un peu plus de 260 000 €, soit une hausse moyenne d’environ 4 400 € depuis le mois de mai dernier.

Des villes très accessibles

Dans le top 5 des villes les plus chères de ce baromètre, on trouve des villes habituelles comme Paris, Boulogne-Billancourt et Issy-les-Moulineaux en région parisienne, mais aussi Cannes et La Baule pour les communes plus touristiques. Parmi les villes les plus accessibles, il apparaît plusieurs villes moyennes où il faut compter moins de 190 000 € pour acquérir un trois-pièces : Brest à seulement 159 000 €, Perpignan à 173 500 € mais aussi Dijon : 180 000 € pour un T3 en moyenne, Clermont-Ferrand, Reims (malgré une très forte hausse) ou encore Saint-Nazaire à moins de 184 000 € pour un trois-pièces.

+2,3% chez Nexity

Le leader français de la promotion immobilière, Nexity, mentionnait récemment une hausse de 2,3% pour ses logements neufs vendus sur les 9 premiers mois de l’année avec un prix moyen de 3 872 € au m². Cette progression des prix chez Nexity n’est plus tirée par l’Ile-de-France (+2,7%) mais plutôt par la province (+5,1%).

a savoir

Souvent évoquée, la baisse des coûts de construction pourrait enfin limiter l’inflation des prix de vente. Le gouvernement a promis de n'ajouter aucune norme technique de construction pendant le quinquennat. Pour faire baisser les coûts de la construction, le ministère en charge du logement promet aussi de simplifier les normes et procédures existantes, par exemple les normes sismiques lorsque qu’elles sont trop sévères dans des zones à faible risque

Commentaires