Le marché parisien avait atteint 10.700 € le m² avant le confinement !

Tendance Actu 0

Plus dure sera la chute ? Cela reste à confirmer à l'heure où les agences immobilières se préparent à rouvrir leurs locaux et à reprendre les visites...

Barnes

10.700 € le m² : c’est sans doute ce niveau moyen de prix à Paris qui servira de comparaison pour mesurer la baisse qui se profile avec la reprise des transactions, un scénario qui reste à confirmer dans son ampleur mais qui semble quand même le plus probable, au moins à court terme. A l’heure où tous les acteurs de la transaction immobilières se préparent à reprendre leurs activités, ce prix moyen record au m², en hausse de 8% sur un an, est la dernière estimation de la chambre des notaires de Paris, basée sur les promesses de ventes signées jusqu’à la mi-mars et le début du confinement qui a ensuite paralysé le marché.

Des prix records avant le confinement

A cette date, le marché immobilier parisien restait dans une forte dynamique de demande supérieure à l’offre et la hausse des prix se diffusait aussi à l’ensemble de l’Ile-de-France avec par exemple un prix moyen de 5.120 € le m² pour les appartements en petite couronne (+6,7% sur un an). Même les maisons franciliennes voyaient leur prix progresser de 4% en glissement annuel d’après les indicateurs avancés des notaires.

Phase de latence

La plupart des agences immobilières devraient rouvrir leurs locaux la semaine prochaine et reprendre les visites dans des conditions sanitaires bien sûr adaptées même si la digitalisation restera privilégiée pour beaucoup de tâches pouvant être réalisées à distance. Les notaires rappellent cependant qu’une « phase de latence précède généralement la diffusion, qui n’est d’ailleurs ni systématique ni proportionnelle, des évolutions de l’activité aux prix ».

Le premier test des négociations

Dans un premier temps, les négociations risquent donc d’être plus tendues, avec des acquéreurs qui vont sans doute retrouver davantage de poids dans la balance alors que les vendeurs parisiens avaient jusqu’ici les pleins pouvoirs dès lors que leur logement était bien situé et sans défaut…

a savoir

Les notaires ont calculé que le volume d’avant-contrats signés et reçus en moyenne chaque semaine pour l’Ile-de-France a reculé de 90% au cours de ces 4 dernières semaines par rapport à ce qui était observé depuis le début de l’année 2020. De son côté, le volume d’actes de ventes définitifs reculerait d’environ 80%, ce qui est cohérent car la vente intègre de nombreux éléments déjà présents dans l’avant-contrat.

Commentaires (2)
  • TZPEUCH
    TZPEUCHposté le 08.05.2020 à 18:37

    Il y remontera plus vite qu espéré. Il manque des logements partout en IDF.

  • TZPEUCH
    TZPEUCHposté le 08.05.2020 à 18:37

    Il y remontera plus vite qu espéré. Il manque des logements partout en IDF.