Le marché immobilier résiste toujours à la crise sanitaire

Tendance Actu 0

Meilleurs Agents observe la présence de davantage d’acquéreurs avec des délais de vente qui se raccourcissent.

Reuters

Le spécialiste des estimations immobilières, Meilleurs Agents, observe un léger sursaut du prix des logements anciens depuis le mois d’avril avec la présence de davantage d’acquéreurs que les mois précédents et avec des délais de vente qui se raccourcissent.

Alors que la plupart des 11 plus grandes villes de France comptaient autour de 5% d’acheteurs de plus que de vendeurs fin 2020, Meilleurs Agents calcule désormais un ratio qui a quasiment doublé. Les principales communes concernées sont Montpellier (10% d’acheteurs de plus que de vendeurs contre un rapport de 4% en janvier), Rennes (9% contre 0%) ou encore Toulouse (12% contre 7%). Au niveau des délais de vente, Meilleurs Agents note qu’il faut par exemple 12 jours de moins qu’en début d’année pour concrétiser une transaction à Marseille (60 jours en moyenne contre 72). Même constat à Nice, Nantes ou encore à Lille (-11 jours).

Les prix remontent

Avec davantage d’acquéreurs devenus moins attentistes, les prix remontent légèrement en avril (+0,2% au niveau national) mais repartent plus significativement à la hausse de +0,6% à Marseille (3.157 € le m²) et Nantes (3.751 € le m²), +0,5% à Lyon (5.040 € le m²) et +0,3% à Nice (4.468 € le m²), Strasbourg (3.299 € le m²), Lille (3.266 € le m²) et même Paris (10.296 € le m²). A noter que la chambre des notaires de Paris estime de son côté que les prix des appartements parisiens sont actuellement stables autour de 10.680 € le m².

D’autres grandes villes connaissent quand même des replis de -0,4% à -0,5% en avril comme à Rennes (3.850 € le m² en moyenne) où les prix n'ont cessé de bondir ces derniers mois, Bordeaux (4.619 € le m²) et Toulouse (3.473 € le m²).

Un impact finalement limité de la crise sanitaire

Difficile en tout cas de conclure pour l’instant à un véritable redémarrage du marché immobilier puisque la crise sanitaire va conserver son lot d’incertitudes dans les mois à venir. Meilleurs Agents souligne cependant que l’impact de la crise actuelle sur les revenus et l’accès au crédit pourrait quand même s’avérer moins fort que redouté.

« Alors que la Banque de France prévoyait au début de l’été dernier un taux de chômage de 12% en 2021, elle a désormais ramené ses prévisions à 9,5% pour la fin 2021. C’est donc 750.000 Français qui seront épargnés et qui garderont leur emploi et l’accès au crédit immobilier », estime Meilleurs Agents. Enfin, les taux d’emprunt restent actuellement au plus bas et l’épargne accumulée depuis le début de la crise sanitaire pourrait permettre à certains ménages de gonfler leur apport personnel et donc d’accéder plus facilement à l’emprunt.

Commentaires
Immobilier
Analyse0

Un après-Pinel est-il vraiment possible ?

Une mission confiée à l'Inspection générale des finances estime que le développement de nouveaux fonds pourrait permettre de continuer à diriger l’épargne des ménages vers le logement intermédiaire.

Lire la suite