Le Logement retrouve un portefeuille ministériel

Politique Actu 0

La FNAIM espère rapidement discuter de la stratégie de rénovation énergétique avec le nouveau ministre délégué chargé de la Ville et du Logement.

Reuters

Le secteur du Logement vient de retrouver un portefeuille dédié dans le nouveau gouvernement. De quoi ravir et rassurer les professionnels de l’immobilier, dont la FNAIM qui a salué la nomination de Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, et d’Olivier Klein, ministre délégué chargé de la Ville et du Logement.

Le maire de Nantes, Christophe Béchu, remplace au passage Amélie de Montchalin qui avait été battue aux élections législatives. Quant à Olivier Klein, il est maire de Clichy-sous-Bois (93) et président de l'Agence nationale de la rénovation urbaine (Anru) qui œuvre pour rénover les quartiers défavorisés.

Deux élus de terrain

« Le Logement retrouve enfin un ministre dédié au sein du Gouvernement, c’était nécessaire et attendu par la profession, tant les enjeux sont importants. Christophe Béchu comme Olivier Klein sont connus pour être des élus de terrain, pragmatiques, ce qui nous paraît indispensable et à la mesure de la dimension politique du logement. Ce sont deux élus ancrés, venus d’horizons politiques différents et qui connaissent des réalités territoriales complémentaires », a réagi le président de la Fédération nationale de l’immobilier, Jean-Marc Torrollion.

« Ils ont tous deux été amenés à conduire des politiques de rénovation et de revalorisation de leurs villes, avec des défis bien différents à Angers et Clichy-sous-Bois, mais aboutissant à des développements exemplaires de leurs villes respectives. Nous sommes impatients de nous mettre au travail avec eux : les chantiers sont nombreux, je suis convaincu que nous partageons une méthode, celle de la concertation, d’une approche territoriale. Nous avons toujours bien travaillé avec leurs prédécesseurs, que je salue : nous continuerons », a ajouté Jean-Marc Torrollion.

Stratégie de rénovation énergétique

Le président de la FNAIM espère notamment que soit repensé rapidement la stratégie de rénovation énergétique des logements alors que le calendrier d’interdiction progressive de louer les logements les moins bien notés au DPE est jugé intenable. « La Loi Climat et résilience a en réalité instauré trois calendriers parallèles, qui ne coïncident pas : l’interdiction de location, la mise en place des plans pluriannuels de travaux en copropriété et l’établissement des DPE collectifs dans les immeubles », dénonce la FNAIM.

Alors que la réglementation actuelle prévoir une interdiction de location des logements G à partir de 2025, puis F à partir de 2028 et E en 2034, la Fédération demande un alignement sur la stratégie européenne en rénovant d’ici à 2033 tous les logements notés F et G du parc, qu’ils soient loués ou non. Cela pourrait passer par une exigence de rénovation au moment d’une mutation.

Copropriétés

Au sujet des copropriétés qui peuvent bloquer des décisions globales de travaux et ainsi empêcher des propriétaires de rénover efficacement des logements loués, la FNAIM propose de suspendre l’indécence énergétique d’un logement individuel pendant la durée d’un Plan Pluriannuel Travaux qui est de 10 ans et dont le but est de planifier et de provisionner les travaux dans les immeubles en copropriété.

Commentaires