La taxe foncière pèse souvent plus lourd dans les villes moyennes

Fiscalité Actu 0

Meilleurtaux a analysé le poids de cet impôt local dans les 20 plus grandes villes de France.

iStock

Le courtier en prêts immobiliers Meilleurtaux rappelle que les acquéreurs ne doivent pas négliger la fiscalité de la localité de leur achat en prévoyant le budget que la taxe foncière va représenter. Souvent focalisés sur les mensualités de l’emprunt à rembourser, les emprunteurs oublient parfois que la taxe foncière est un vrai poids financier supplémentaire. La dernière étude de Meilleurtaux souligne bien sûr les grandes disparités des taux de taxe foncière en analysant son impact dans les 20 plus grandes villes de France.

1 mensualité supplémentaire en moyenne

En moyenne sur ces 20 villes, pour un bien de 70 m² financé sur 20 ans, la taxe foncière représente un peu plus d'une mensualité de crédit supplémentaire chaque année. Ce ratio paraît cependant bien plus neutre dans les villes où le prix de l’immobilier est élevé puisque les mensualités de remboursement y sont forcément plus importantes. C’est le cas de Paris où la taxe foncière ne représente finalement pas grand-chose par rapport au coût du crédit mais c’est aussi parce que la Capitale présente la taxe foncière annuelle la plus basse des 20 grandes villes étudiées : 745 € en moyenne pour un 70 m², soit 62 € à prévoir tous les mois.

Les villes moyennes désavantagées

A l’opposé, des villes comme Nîmes, Angers, Le Havre, Bordeaux ou encore Montpellier enregistrent la taxe foncière (mensualisée) la plus élevée qui se situe autour de 125 € par mois. Pour Nîmes, Saint-Etienne, Le Havre et Le Mans, cela représente même un peu plus de 2 mensualités de crédit supplémentaires par an. On voit d’ailleurs que ce sont souvent les villes moyennes qui affichent les taxes foncières les plus élevées. A méditer avant de déménager d’une grande métropole vers ces destinations.

Lille, Strasbourg ou même Lyon figurent parmi les villes à l'impôt local le moins élevé, avec un montant par mois qui ne dépasse pas 75 €. « Depuis 2018, ces villes n'ont quasiment pas connu de hausse de la taxe foncière, un statu quo à interpréter comme positif pour tous ceux qui souhaitent y investir mais qui n'a pas forcément vocation à perdurer », remarque Maël Bernier, porte-parole de Meilleurtaux.

Des augmentations régulières

Alors qu'en 2021, selon l'Association des Maires de France, une commune sur trois prévoit d'augmenter son taux de taxe foncière, l'étude révèle d’ailleurs que la taxe foncière coûte en moyenne 101 € par mois, par rapport à 92 € en 2018 et 98 € en 2020 (toujours pour un bien de 70 m²). Maël Bernier rappelle aussi que la réforme des valeurs locatives cadastrales prévue par le gouvernement à partir de 2026 risque encore de réserver de mauvaises surprises aux propriétaires en faisant augmenter significativement les impôts fonciers.

Commentaires (3)
  • lbda21
    lbda21posté le 30.08.2021 à 10:55

    L'inégalité de l'impôt foncier est en contradiction formelle avec le mot EGALITE qui traîne encore sur tous les papiers officiels de l'Etat ; il faudra choisir rapidement pour éviter le ridicule.

  • oliver62
    oliver62posté le 13.08.2021 à 15:07

    Le jour ou la T.F sera presque équivalent a un loyer , je repartirai en location tout simplement, voir meme avant.

  • Utilisateur2150802
    Utilisateur2150802posté le 13.08.2021 à 14:50

    On ne peut pas gagner sur tous les tableaux . Il faut accepter les inconvénients de la campagne et des petites villes quand on profite de leur tas d avantages !!!!!!