La revanche de Marseille et des zones rurales

Tendance Actu 0

A 3 heures de Paris en TGV, la cité phocéenne bénéficie à son tour du développement du télétravail grâce à une nouvelle population d’actifs venus trouver une meilleure qualité de vie et du pouvoir d’achat.

Reuters

Le dernier baromètre établi par le spécialiste de l’estimation des prix immobiliers, Meilleurs Agents, distingue Marseille et les zones rurales dans le palmarès des zones où les prix augmentent le plus ces derniers mois. Longtemps délaissée malgré sa situation géographique enviable, Marseille voit ainsi le prix de ses logements anciens bondir de 5,4% depuis le début de l’année (+0,8% en octobre) autour de 3.220 € le m² en moyenne pour les appartements, alors que la plupart des autres grandes métropoles sont en perte de vitesse.

Meilleurs Agents observe un regain d’intérêt des candidats à la propriété pour cette ville plombée par une image parfois bouillonnante mais pourtant en pleine mutation (revitalisation du centre-ville, extension du tramway, fin de l’aménagement de la corniche Kennedy…). A 3 heures de Paris en TGV, la cité phocéenne bénéficie aussi à son tour du développement du télétravail grâce à une nouvelle population d’actifs venus trouver une meilleure qualité de vie et du pouvoir d’achat.

Le balcon ne suffit plus

« Depuis les confinements, la cité phocéenne séduit de nombreux Parisiens, attirés par le 4ème et 5ème arrondissement, mais aussi les Lyonnais et Bordelais en quête de pouvoir d’achat immobilier, avec un appétit certain pour les biens disposant d’un accès direct à l’extérieur de type terrasse ou jardin, le balcon ne suffisant plus », explique Louis Dogliani de l’agence Stéphane Plaza Immobilier Marseille 9. L’agent immobilier cité par Meilleurs Agents ajoute que Marseille demeure un marché fractionné car ce sont surtout les 6ème, 7ème, 8ème et 9ème arrondissements qui tirent la croissance.

Marseille reste très abordable

Même si les prix pour ce type de biens avec extérieur en plein centre se négocient davantage autour de 4.000 € le m², Marseille reste quand même globalement trois fois moins chère que Paris. Et parmi les autres grandes métropoles françaises, il n’y a que Montpellier qui est très légèrement moins onéreuse. Enfin, Marseille semble bénéficier d’un effet de rattrapage alors que ses prix n’ont finalement augmenté que de 14% sur les 10 dernières années selon les estimations de Meilleurs Agents. En comparaison, Lyon et Bordeaux affiche par exemple une flambée de 55% en 10 ans

Maison à la campagne

Quant aux communes rurales qui permettent souvent d’acquérir une maison où profiter de possibilités étendues d’être en télétravail, Meilleurs Agents mesure une hausse des prix de 7,4% depuis le début de l’année, soit près de 2,5 fois plus que les principales agglomérations de l’Hexagone. Meilleurs Agents estime ainsi que les prix en zones rurales ont retrouvé leur niveau de 2008 à environ 1.700 € le m². Mais la définition d’une zone rurale est très large et il faut distinguer les aires péri-urbaines, c’est-à-dire à distance raisonnable d’une ville moyenne ou d’une agglomération, qui connaissent de fortes hausses de prix, de la campagne pure où la demande reste faible avec des prix qui ne décollent pas.

Commentaires (1)