La barre des 10.000 € le m² s’approche à Paris !

Tendance Actu 0

D’après les dernières estimations des notaires basées sur les promesses de vente enregistrées dans leurs études, un nouveau record de 9.700 € le m² est actuellement observé...

PCA-STREAM / Philippe Chiambaretta

Souvent évoquée, la barre symbolique de 10.000 € le prix moyen du m² à Paris s’approche à grand pas, même si dans les faits, elle est déjà souvent largement franchie dans les arrondissements du centre de la capitale. D’après les dernières estimations des notaires basées sur les promesses de vente enregistrées dans leurs études, un nouveau record de 9.700 € le m² est actuellement observé, au rythme d’une hausse d’environ 7% en un an.

Attention toutefois, il s’agit de moyennes et tout appartement avec des défauts ou mal placé ne se vendra pas à ces prix. Dès qu’on se rapproche des boulevards extérieurs à proximité du périphérique, on assiste par exemple à une nette baisse des prix par rapport à la moyenne d’un quartier.

+23% en 4 ans

La chambre des notaires de Paris rappelle quand même que les prix ont déjà augmenté de 23% en 4 ans, soit 1 800 euros au m² par rapport au point bas de 7.890 € enregistré au printemps 2015. Il ne reste plus que le 19e à se situer sous les 8.000 € du m², au sein d’un croissant formant la moitié est de la capitale avec les 5 arrondissements les moins onéreux : 18e (8.720 € le m²), 19e (7.930 € le m²), 20e (8.040 € le m²), 12e (8.740 € le m²) et 13e (8.630 € le m²). Même dans les secteurs les moins attractifs de Paris comme les quartiers de La Chapelle ou de la Goutte d’Or, les prix ont augmenté en moyenne d’environ 10% l’an dernier et de 30% sur 5 ans.

La hausse des prix limite les volumes

Cette hausse des prix et le manque de renouvellement de l’offre limitent les volumes de transaction. A peine plus de 36.000 ventes ont été enregistrées à Paris en 2018, soit 5% de moins que l’année précédente. Parallèlement, et contrairement à ce que l’on observe partout en Ile-de-France, l’activité n’a toujours pas retrouvé son niveau des années 1999-2007.

Pour la suite, les notaires observent que les facteurs positifs qui portent le marché immobilier de la région parisienne sont toujours en place, à commencer par des taux de crédits à l’habitat toujours historiquement bas et qui devraient le rester dans les prochains mois, apportant une aide décisive aux ménages. « Cependant, la question de la confiance, qui joue un rôle déterminant quand il s’agit de s’endetter sur long terme, risque de se poser dans les prochains mois pour les acquéreurs », soulignent les notaires.

a savoir

D’après les notaires, la taille des logements vendus en Ile-de-France en 2018 était de 58 m² en moyenne pour un appartement et de 113 m² pour une maison. 15% des ventes d’appartements sont des studios, 29% des deux pièces, 30% des 3 pièces et 26% des 4 pièces et plus. Pour les maisons, la part des très grandes maisons a continué de se renforcer avec 38% de 6 pièces et plus (contre 37% en 2017 et 34% en 2015).

Commentaires
Immobilier
Actu0

Comment arrêter le dérapage de la taxe foncière ?

Les taxes foncières ont augmenté 3,5 fois plus vite que l’inflation depuis 2008, selon le dernier observatoire des taxes foncières de l’union nationale des propriétaires immobiliers (UNPI).

Lire la suite