La baisse des prix à Paris semble déjà terminée

Tendance Actu 0

En banlieue, la hausse des prix reste très prononcée, en particulier pour les maisons.

Daniel Féau

Une pause et ça repart ? Cela pourrait bien être la trajectoire des prix de l’immobilier à Paris qui semblent déjà repartir à la hausse d’après les observations des professionnels de la transaction et des notaires. Si les prix ont bel et bien reculé légèrement (environ -2%) suite à la crise sanitaire qui a entraîné un arbitrage pour de plus grandes surfaces ou des maisons en banlieue, l’ampleur de cette baisse s'avère finalement très limitée. La chambre des notaires du Grand Paris estime que le prix moyen au m² dans Paris a oscillé depuis un an dans une fourchette comprise entre 10.600 € et 10.800 €. Mais d’après leur échantillon de promesses de ventes, les notaires voient déjà ce prix moyen revenir proche de 10.800 € et des records absolus de l’été 2020 à 10.850 € le m².

« Ça repart fort dans les agences et nos études depuis la fin août », constate Thierry Delesalle, notaire dans la Capitale et président de la commission de conjoncture de la chambre des notaires du Grand Paris. Les grandes surfaces, notamment les appartements de 5 pièces et + restent quand même plus difficiles à vendre que les 2 ou 3 pièces, d’autant qu’ils sont souvent situés dans les beaux immeubles haussmanniens des quartiers les plus chers de Paris.

En tout cas, cette évolution des prix tranche avec le reste de l’Ile-de-France et même avec la province où les prix sont en forte hausse depuis 1 an, avec des volumes de transaction historiquement élevés portés par des taux d’emprunt qui n’ont jamais été aussi bas et par une priorité absolue donnée par les Français à l’amélioration de leur logement.

Forte hausse du prix des maisons en banlieue

L'augmentation des prix reste donc marquée en Ile-de-France et concerne tous les secteurs du marché. La forte hausse de volumes de transactions entretient une bonne fluidité du marché et facilite donc les déménagements. En Petite Couronne, les appartements et les maisons affichent une hausse de plus de 3% sur 1 an selon l’échantillon de promesses de vente des notaires. Comptez ainsi 5.500 € le m² en moyenne pour les appartements de Petite Couronne avec des écarts qui vont de 4.150 € le m² en Seine-Saint-Denis (93) à 6.700 € le m² en moyenne dans les Hauts-de-Seine (92).

Si comme beaucoup de Français, vous préférez une maison, le budget moyen tourne autour de 412.000 € avec une hausse de prix de près de 6% sur un an. En fonction de l’éloignement de Paris et de la banlieue chic, les prix des maisons restent très hétérogènes puisqu’on se situe souvent à plus de 700.000 € dans les Hauts-de-Seine, plus du double des prix de la Seine-Saint-Denis qui tournent autour de 310.000 €. Dans tous les départements de Petite Couronne, il s’agit en tout cas de records de prix pour les maisons alors que l’offre est limitée.

Regain d’intérêt de certaines zones rurales

En Grande Couronne, les hausses annuelles sont encore plus importantes : elles flirtent avec les 6% pour les appartements et atteignent environ 7% pour les maisons. Cela place les prix moyens à environ 3.400 € le m² pour les appartements et autour de 326.000 € pour les pavillons. Les notaires observent au passage un regain d’intérêt de certaines zones rurales jusqu’à présent délaissées. Il reste maintenant à savoir si ce phénomène va se poursuivre alors que les durées de télétravail ont sûrement trouvé certaines limites et que les contraintes des temps de transport vont peut-être freiner l’envie d’espace et de verdure des acquéreurs.

a savoir

A Paris intra-muros, les notaires continuent parfois d’enregistrer des transactions à des prix astronomiques comme ce triplex de 350 m² dans le 18ème, près de Montmartre, récemment vendu 11 millions d’euros, soit plus de 31.000 € le m² !

Commentaires
Immobilier
Analyse0

Taxe d’habitation : qui paye quoi cette année ?

La réduction progressive de la taxe d'habitation pour les Français qui la paient encore au titre de la résidence principale disparaîtra bien en 2023, ont confirmé mercredi les ministres Bruno Le Maire et Olivier Dussopt.

Lire la suite