Immobilier : vous pouvez désormais connaître le prix des transactions près de chez vous

Tendance Actu 0

Bercy a ouvert l’accès à sa base DVF qui recense les transactions enregistrées au cours des 5 dernières années.

EPA ORSA

Vous souhaitez savoir à quel prix se vendent les biens immobiliers près de chez vous ? Depuis ce matin, chacun peut accéder librement aux données de l’administration fiscale. Comme annoncé hier, Bercy a en effet ouvert ce matin sa base DVF (demande de valeur foncière).

Moins de contraintes

En réalité, les données de la base DVF sont disponibles depuis plusieurs années déjà. Mais il fallait jusqu’ici s’identifier pour y avoir accès. De surcroît, les consultations étaient limitées et il convenait de s’engager à réserver les résultats à son usage personnel. Désormais la base est totalement ouverte.

Professionnels et particuliers

Bercy souhaite notamment que les professionnels puissent exploiter cette masse de données pour proposer au public des outils d’évaluation simples et conviviaux. Ainsi, MeilleursAgents a déjà annoncé le lancement d’ici à la fin de la semaine d’une application en réalité augmentée indiquant les prix des biens ayant fait l’objet d’une mutation dans les alentours.

Toutefois, les particuliers peuvent eux aussi consulter directement les chiffres de l’administration.

Quelques clics suffisent

Il suffit pour cela de passer par le site proposé par Etalab, l’organisme chargé d’animer la plateforme data.gouv.fr.

Après avoir sélectionné le département et la commune souhaités, l’utilisateur n’a plus qu’à cliquer sur la section cadastrale de son choix. Le plan fait alors apparaître en bleu les parcelles qui ont fait l’objet d’une mutation récente (vente ou transmission). Un clic sur la parcelle visée donne la date de transaction, le prix ainsi que les superficies (terrain et construction).

La réalité du marché…

Par rapport à certains baromètres, cet outil possède de nombreux avantages. Il ne donne pas des prix moyens par secteur mais le détail des montants bien par bien. Par ailleurs, les prix indiqués sont les montants réels des transactions, c’est-à-dire après négociation éventuelle.

… avec quelques restrictions

Bien entendu, l’exploitation de la base a aussi quelques inconvénients. Outre le fait qu’elle fait apparaître publiquement les prix (avec à la clé un manque évident de confidentialité pour les acquéreurs et les vendeurs), elle ne permet pas de remonter au-delà du 1er janvier 2014. De la même façon, elle ne présente pas encore les mutations intervenues après le 30 juin 2018.

Dans un marché où les prix évoluent vite (comme à Bordeaux par exemple), ces quelques mois de décalage peuvent rendre l’utilisation de la base moins pertinente dans le cadre d’une évaluation.

Enfin, il convient de rappeler que les prix affichés n’intègrent ni les droits de mutation, ni les émoluments des notaires, ni les éventuels frais d’agence.

Commentaires