Immobilier parisien : les prix remontent dans les annonces de biens à vendre

Tendance Actu 0

Après avoir chuté d'environ 5 % pendant le confinement, les prix des biens à vendre dans la capitale dans les annonces immobilières sont à nouveau en hausse, selon le site d'estimation Drimki.

Reuters

Drimky en dit plus sur le comportement des vendeurs de biens immobiliers ces dernières semaines sur le marché parisien. Sans surprise, signe d'un marché à l'arrêt après avoir atteint des sommets, les annonces ont marqué le pas au plus fort de la crise, d'après le site d'estimation immobilière. Ainsi, à Paris, les annonces immobilières émises ont diminué de 89% de mars à avril. Alors que le 2 mars dernier, les annonces de vente d’appartement ou de maison étaient au nombre de 1.794, elles ont baissé à 200 seulement le 6 avril. Néanmoins, un mois plus tard, au jour du déconfinement le 11 mai, Drimki note un regain d’activité : les futurs acquéreurs pouvaient en effet consulter 1.652 annonces immobilières de logement à Paris, un niveau quasiment identique à celui d'avant la crise.

Baisse de prix de 5 %

Du côté des prix affichés dans les annonces - et non les prix de vente réels -, le site note une baisse de prix de 5 % durant le confinement. Après avoir franchi le seuil des 12.000€ du m² fin janvier, les prix ont continué à augmenter jusqu’à atteindre les 13.070 €/m² le 16 mars, soit un jour avant la déclaration du Président de la République. A la date du 4 mai, il fallait prévoir en moyenne 11 581 € le m². Mais depuis le début du déconfinement, la tendance est repartie à la hausse : les prix sont repassés au-dessus du cap des 12 000 € le m² (12 428 €/m²). Des hausses qui « pourraient se poursuivre dans les semaines à venir », selon Drimki. Reste à savoir si elles se concrétiseront de cette manière dans les promesses et compromis de vente, dans un marché où les acheteurs risquent désormais d'avoir davantage la main.

A savoir

En région parisienne, la tendance bouge peu selon Drimki. Après un important recul en matière de logements à vendre, la tendance s’est inversée depuis le début du mois de mai, avec un nombre d’annonces immobilières reparti à la hausse.

Côté prix toutefois, les villes en périphérie de la capitale n’observent pas d’évolutions majeures. « Quand les prix de certaines villes comme Montreuil ou Nanterre sont aujourd’hui en légère augmentation par rapport à l’avant confinement, les banlieues d’Argenteuil ou encore de Saint-Denis profitent de prix immobiliers légèrement plus bas », selon le site.

Commentaires