En région parisienne, le prix exorbitant des terrains influence de plus en plus celui des maisons anciennes

Tendance Actu 0

En petite couronne, le prix de vente médian d’un terrain est estimé par l’Observatoire régional du foncier (ORF) à 481.000 € au premier semestre 2021, un niveau record.

EPA ORSA

La région parisienne est la zone où la crise sanitaire a le plus significativement influencé la hausse du prix des maisons anciennes par rapport à celle des appartements existants. D’après la Fédération Nationale de l’Immobilier (FNAIM), les prix des maisons en Île-de-France bondissent de +7,3% depuis un an contre seulement +2% pour les appartements alors que ce différentiel est à peine à l’avantage des maisons au niveau national.

L’engouement des parisiens pour les maisons avec jardin et leur pouvoir d’achat élevé lorsqu’ils revendent un appartement dans la capitale est la première raison de cette poussée des prix pour les maisons en petite et grande couronne. Mais une autre explication est à chercher dans la rareté ou le niveau parfois très élevé du prix des terrains constructibles qui rend l’alternative de faire construire sa maison difficile ou très coûteuse. D’où un report contraint sur le marché des maisons anciennes où l’offre est forcément limitée…

Des niveaux impressionnants dans les Hauts-de-Seine

C’est souvent le cas en petite couronne où le prix de vente médian d’un terrain est estimé par l’Observatoire régional du foncier (ORF) à 481.000 € au premier semestre 2021, un niveau record. Dans les Hauts-de-Seine, la rareté des terrains fait même monter leur valeur médiane entre 840.000 et 1.200.000 €, un niveau deux à trois fois supérieur à celui observé dans le Val-de-Marne et trois à quatre fois supérieur à celui de Seine-Saint-Denis ! En grande couronne, le prix médian est par contre toujours très stable et beaucoup plus raisonnable avec environ 130.000 € constatés tant au premier semestre 2021 qu’en 2020 ou en 2019.

Pour l’ensemble de l’Île-de-France, l’ORF évaluait déjà le prix au m² des terrains à 246 € en 2019 contre 228 € en 2018. Dans l’agglomération de Paris, ce prix au m² atteignait 333 € en 2019 alors que sur le territoire national il se situait à seulement 88 €.

Commentaires (1)
  • Utilisateur2150802
    Utilisateur2150802posté le 28.10.2021 à 17:14

    Ce qui est rare est cher !
    Ce qui est beau est cher!
    Ce qui est rare et beau est très cher.
    Ce qui est très rare et très beau est hors de prix !!!!
    C est vrai pour tout et c est normal .
    Il n y a pas a s en émouvoir et encore moins crier au scandale !