En mode rattrapage, le marché immobilier ne connaît pas de baisse des prix

Tendance Actu 0

Les acquéreurs étant nombreux, les vendeurs n’ont aucune raison d’accepter une offre trop basse, selon le réseau Century 21.

Knight Frank

Pas de baisse des prix de l’immobilier en vue selon le réseau Century 21 (plus de 900 agences immobilières en France) qui observe un redémarrage du marché sur les chapeaux de roue depuis le déconfinement et la reprise des visites. Dans les chiffres, cela se traduit par une hausse de 10% des promesses de ventes en juin 2020 par rapport à juin 2019.

Phase de rattrapage

« L’activité a redémarré le 11 mai comme si rien ne s’était passé », s'amuse à dire le président de Century 21, Laurent Vimont, qui avait toujours refusé d’établir des pronostics au plus fort de la crise sanitaire. Après 2 mois de déconfinement qui avaient mis le marché immobilier à l’arrêt, Laurent Vimont admet d’ailleurs que nous sommes dans une phase de rattrapage, sans qu’il soit encore possible de distinguer réellement les acquisitions par des ménages qui avaient entamé leur démarche avant le confinement de celles des candidats pour lesquels cette période inédite a provoqué l’envie d’acheter.

Nouveaux records de prix

Sur l’ensemble du premier semestre 2020 amputé de 8 semaines, le nombre de ventes est en retrait de 27,6% dans le réseau Century 21 par rapport à l’an dernier. Dans le même temps, les prix progressent de +2,3% sur un an pour les maisons et de +3,1% pour les appartements pour atteindre en moyenne respectivement 2.160 € le m² et 3.638 € le m² : des niveaux historiques. Paris est sur la même tendance avec un prix moyen au m² estimé par Century 21 à près de 10.700 €.

« Les acquéreurs étant nombreux, les vendeurs n’ont aucune raison d’accepter une offre trop basse : les écarts de prix s’en font le reflet et se réduisent passant de 5,6% au 1er semestre 2019 à 5,1% au 1er semestre 2020 (-9%) », souligne le réseau.

Des rêves à la réalité

Dans l’ensemble, Century 21 observe qu’il n’y a pour l’instant pas eu d’exode massif de Parisiens vers la campagne ou le littoral. « Les rêves exprimés en période de confinement ne se sont pas traduits dans la réalité, ou pas encore », confirme Laurent Vimont au sujet des envies de verdure, d’agrandissement ou d’espaces extérieurs. La tendance forte observée par Century 21 depuis le déconfinement est surtout l’augmentation de la proportion des transactions de résidences principales contrairement aux achats de résidences secondaires ou d’investissement locatif. Il semble aussi y avoir un peu moins de primo-accédants car les plus modestes se heurtent au durcissement des conditions d’octroi des crédits.

Valeur refuge

Sans faire de prévisions pour la suite, le patron de Century 21 estime que les prix augmenteront cette année grâce à la progression accumulée au premier semestre. Mais difficile à prédire leur évolution des prochains mois, « car on ne mesure pas encore véritablement l’effet du Covid 19 sur l’économie française, sur l’emploi et par conséquence sur le moral des acquéreurs », explique Laurent Vimont. Une chose est sûre selon lui : avec des taux d’emprunt qui restent très bas et la pierre considérée comme valeur refuge absolue, le marché immobilier ancien devrait demeurer porteur et la hausse des prix « contenue ».

Commentaires