Emprunts immobiliers : des taux toujours plus bas  !

Crédit Actu 0

Taux à 10 ans sur de nouveaux planchers et concurrence toujours aussi acharnée entre banques continuent à tirer les taux des emprunts immobiliers à la baisse. De nouveaux records sont attendus dans les prochains mois…

Boursier.com

Sans surprise, la baisse des taux sur les emprunts immobiliers continue en ce début d’année, les banques ayant reconstitué de la marge sur leur coût de refinancement grâce à la chute historique des taux obligataires (l’OAT 10 ans est tombée à 0,55%). Deuxième raison majeure, le crédit immobilier reste pour les établissements bancaires le produit d’appel par excellence pour capter de nouveaux clients, d’autant que la faiblesse des taux de rémunération des produits d’épargne ne leur permet plus d’être attractifs sur ces produits comme les livrets ou l'assurance-vie. En conséquence, les banques ne cessent de surveiller les offres de leurs concurrentes et s’alignent sur les taux les plus compétitifs.

Nouvelle baisse en février

Le courtier Meilleurtaux.com note par exemple une baisse des taux moyens d’environ 0,05% en février alors que près de la moitié des barèmes bancaires reçus en janvier étaient déjà en baisse. Le taux moyen sur 15 ans vient ainsi de passer de 2,35% en janvier à 2,29% en février, de 2,59% à 2,54% sur 20 ans et de 2,93% à 2,9% sur 25 ans. Meilleurtaux précise que les dossiers moyens bénéficient actuellement des mêmes mouvements baissiers que les excellents. A ces taux moyens, il faut en effet enlever environ 0,3% de décote dès que les emprunteurs bénéficient de revenus élevés, d’un apport conséquent ou d’une épargne transférable. De la même manière, les banques font des efforts pour attirer de jeunes emprunteurs solvables.

Records en région

Fin janvier, le courtier Cafpi aurait même négocié un taux exceptionnel de 1,95% sur 20 ans dans la région Rhône-Alpes, 1,8% sur 15 ans en Midi-Pyrénées et 2,3% sur 25 ans en Auvergne. Cafpi note que les écarts se sont élargis entre les régions les plus chères et les moins chères avec 60 points de base sur 20 ans, contre 35 points  le mois précédent, même s’ils restent globalement mesurés. En dehors des régions insulaires traditionnellement plus chères (Corse, Dom-Tom), c’est la région Provence-Alpes-Côte d’Azur qui se distingue actuellement avec les taux plutôt élevés sur toutes les durées.

Conditions d’octroi identiques

Pas de changements du côté des conditions d’octroi qui restent identiques. «Nous n’observons ni resserrement, ni assouplissement des conditions d’octroi», explique Hervé Hatt, Président de Meilleurtaux.com. L’apport de 10% reste donc exigé dans 9 cas sur 10 malgré quelques exceptions sur des jeunes cadres évolutifs. La stabilité professionnelle (CDI) et le taux d’endettement maximum de 33% restent les deux autres grandes règles.

Redémarrage

Meilleurtaux et Cafpi observent  une activité très soutenue depuis le début de l’année pour les demandes d’emprunts immobiliers ou de rachats de crédits. Les deux courtiers s’attendent à une vraie reprise du crédit immobilier cette année grâce à des taux bas «et même sans doute encore plus bas», selon Hervé Hatt. Meilleurtaux envisage même que la barre des 2% pour les moyennes sur 20 ans pourrait être franchie à la baisse dans les mois qui viennent. En janvier 2015, le taux moyen d’un crédit immobilier en France (durée de 17,25 ans)  était déjà tombé à 2,29% d’après l’observatoire Crédit Logement/CSA. Avec de tels taux, mêmes les emprunteurs ayant souscrit leur emprunt en 2014 peuvent désormais avoir intérêt à renégocier leur crédit.

Commentaires