Emprunts immobiliers : attention aux délais d’accord des banques !

Crédit Actu 0

Meilleurtaux.com confirme une légère baisse des taux moyens accordés aux particuliers sur le mois de mai. Seule ombre au tableau, les délais d'obtention du financement par les banques se sont fortement allongés.

Reuters

A l’appui des derniers barèmes bancaires communiqués fin mai, le courtier en emprunts immobiliers Meilleurtaux.com confirme une légère baisse des taux moyens accordés aux particuliers sur le mois, la très médiatisée hausse de 0,1% du réseau bancaire LCL n’ayant donc pas altéré la tendance générale.

Jusqu’à moins de 2% sur 25 ans

Selon Meilleurtaux.com, les taux moyens affichent de nouveaux records à 2% sur 15 ans, 2,23% sur 20 ans et restent stables sur 25 ans à 2,6%. Concernant les taux réservés aux meilleurs dossiers, ils bénéficient également d’un mouvement baissier mais encore plus marqué que pour les moyennes avec par exemple un record négocié à 1,97% sur 25 ans, 1,69% sur 20 ans et 1,2% sur 10 ans.

Scénario de stabilisation

Hervé Hatt, Président de Meilleurtaux.com, souligne que si la marge interbancaire, différence entre le rendement de l’OAT 10 ans auquel les banques peuvent se refinancer et le taux à 20 ans qu’elles proposent aux particuliers, s’est réduite depuis le début du mois de mai, elle reste significative. Elle serait encore supérieure à 1,3% actuellement après la remontée du 10 ans français autour de 0,9%.

«Si la hausse récente des taux directeurs met un terme à la baisse intervenue ces derniers mois, il ne faut pas tomber dans le scénario catastrophe que certains semblent évoquer, nous continuons en effet d’opter à court terme pour un scénario quasi-général de stabilisation des taux» anticipe Maël Bernier, Directrice de la communication de Meilleurtaux.com.

Question de priorité

Maël Bernier ajoute que si certaines banques choisissent de remonter leurs barèmes dans les semaines qui viennent, ce serait davantage dans le but de limiter la charge de travail dans les équipes d’étude et de back-office que dans celui de répercuter des taux de refinancement plus élevés. Actuellement, les banques sont en effet submergées de demandes de crédits et de renégociations, ce qui allonge fortement les délais de réponse. Le même problème se pose d’ailleurs pour l’accord de cautionnement avec des délais passés de 48 heures à plus d’une semaine chez Crédit Logement,  le principal organisme de cautionnement bancaire.

Or, lorsqu’une promesse de vente est signée, le délai habituel pour trouver son financement est de 45 jours. Même si ce délai est prorogeable, un acheteur aura intérêt à se tourner vers la banque la plus rapide pour ne pas risquer de rater sa transaction. Le rôle du courtier peut donc permettre d’orienter l’emprunteur vers la banque les mieux positionnées en fonction de la priorité : le taux ou la rapidité de mise en place du crédit…

Commentaires