Déclaration des revenus fonciers : la subtilité des travaux déductibles

Fiscalité Actu 0

La déclaration 2020 des revenus fonciers de 2019 doit obéir aux règles spécifiques mises en place lors du passage au prélèvement à la source.

iStock

Gare aux effets d’aubaine liés à l’année blanche après la mise en place du prélèvement à la source, notamment en matière de revenus fonciers. Ainsi, pour anticiper d'éventuels reports de charges en 2018, « il a été prévu - sauf pour les travaux d'urgence décidés par le syndic et pour les immeubles acquis en 2019 - de limiter la déductibilité des dépenses d'entretien, de réparation et d'amélioration de l'année 2019 à la moyenne des dépenses acquittées en 2018 et 2019 », rappelle Advenis Gestion Privée. Des règles qui ne s’appliquent pas à aux contribuables bénéficiant du micro foncier, pour lesquels un abattement forfaitaire de 30% est appliqué aux recettes brutes perçues.

Dépenses engagées en 2019 déductibles pour 50% de leur montant

En pratique, quel est le traitement des dépenses de travaux engagées en 2019 ? Celles-ci « ne seront déductibles que pour 50% de leur montant, à l’exception de celles afférentes à des immeubles acquis en 2019 ou à des travaux d’urgence décidés par le syndic », selon Advenis. A contrario, un contribuable qui avait déclaré des travaux en 2018, « peut à nouveau les déduire à hauteur de 50% de leur montant, portant ainsi à 150% le montant total de la déduction », soit 100% en 2018 et 50% en 2019. Il s’agira alors de ne pas oublier de le reporter lors des prochaines déclarations.

Cette année toutefois, afin de faciliter la tâche des déclarants, l’administration a inséré dans le feuillet de déclaration n°2044 un tableau de calcul permettant de déterminer le montant des charges qu’ils sont autorisés à reporter sur la ligne n°224, correspondant aux travaux, selon la société de gestion privée, qui précise que ce calcul doit se faire immeuble par immeuble.

Commentaires