Copropriétés : les charges ont baissé de près de 5% en 2014

Tendance Actu 0

Selon les calculs réalisés par l’ARC, cela tient avant tout à une facture énergétique moindre en raison d’un hiver plus doux. En moyenne, les charges ont été de 44,70 euros par m²

Knight Frank

Une fois n’est pas coutume, les propriétaires ont payé moins de charges de copropriété en 2014 qu’en 2013. L’Association des responsables de copropriété (ARC) vient en effet d’indiquer que le montant moyen avait reculé de 4,9% en 2014, pour atteindre 44,70 euros par m². Pour un appartement de 65 m², cela correspond à une facture de 724,40 euros.

La plupart des postes ont pourtant connu une inflation soutenue : +8% pour l’assurance, +5% pour les frais de syndics, +2,5% pour l’entretien général. Mais grâce à un hiver plus doux, et à des tarifs contenus, la note de chauffage a considérablement reculé (-20%). L’effet a été d’autant plus important que le chauffage représente traditionnellement le premier poste de dépense d’une copropriété : 12,9 euros par m² en moyenne sur les 44,70 euros évoqués, soit 29%.

Paris 40% plus chère que la province

Bien entendu, il ne s’agit que d’une moyenne. L’ARC précise par exemple qu’à Paris la facture type s’est élevée à 49,10 euros par m² contre seulement 34,9 euros en province. Dans les zones les plus ensoleillées, l’ARC fait même état d’une facture limitée à 32 euros (Paca, Corse).

La configuration des lieux et le mode de gestion ont aussi un impact. Les 44,70 euros correspondent à une copropriété gérée par un syndic. Avec un syndic bénévole, l’ARC évoque un chiffre de 42,30 euros. Quant à l’absence de gardien, elle fait tomber la note à 40,20 euros.

+50% depuis l'an 2000

Le repli de 2014 a beau être spectaculaire, il reste une exception. L’ARC rapporte que depuis l’an 2000, les charges ont enflé en moyenne de 50%, soit beaucoup plus vite que l’inflation (de 26%). C’est principalement le chauffage qui explique cette envolée, la charge pour ce poste ayant progressé de 61%.

Commentaires
Immobilier
Analyse0

Quel avenir pour le PTZ et le Pinel à l’heure de la relance ?

Les professionnels de la construction appellent à répondre à court terme aux difficultés rencontrées par les nombreux ménages fragilisés par la crise économique et le resserrement des conditions d’octrois des crédits par les banques...

Lire la suite