A Paris, la détente du marché locatif se poursuit

Tendance Actu 0

Assagi depuis le début de la crise sanitaire, le marché de la location immobilière parisienne reste toujours détendu en cette rentrée post-confinement.

LocService.fr

Selon une enquête de la plateforme LocService.fr sur le prix des loyers en région parisienne, la "tension locative" du marché immobilier parisien est toujours bien inférieure à ce qu’elle était avant la crise.

A Paris, le rapport entre la demande et l’offre du marché reste limité à 1,6 en septembre 2021, alors qu’il s’élevait à plus de 3,1 en 2019.

Baisse des loyers

Entre une partie de la demande gelée par les restrictions sanitaires (moins d’étudiants et toujours moins de touristes), un phénomène de report sur des locations plus abordables en petite ou grande couronne, et une offre un peu plus étoffée grâce au retour de certains biens Airbnb vers le marché classique, le niveau des loyers parisiens a notoirement baissé en un an.

Le dernier Baromètre des loyers SeLoger avait rapporté que les prix des loyers des biens non meublés à Paris avaient reculé de 4,6% entre avril 2020 et avril 2021, et ceux des logements meublés de 4,5%.

Sur la période, Paris est même la ville française à avoir enregistré la baisse la plus importante du prix des locations nues, devant Besançon (-3,3%), Annecy (-2,9%) et Aix-en-Provence (-1,6%), et la troisième pour le segment des meublés, derrière Bordeaux (-4,6%) et Brest (-4,7%).

Les petites surfaces toujours très sollicitées

Entre septembre 2020 et septembre 2021, la plateforme LocService.fr constate plutôt une stabilité des prix des offres publiées sur son site (52.325 enregistrées), avec un prix actuel moyen à 36,8€ par mètre carré pour une surface locative moyenne de 28 mètres carrés.

La structuration de la demande, elle, ne semble pas avoir fortement évolué : avec des niveau de loyers qui restent toujours environ 2,5 fois supérieurs à ceux de la province, les petites surfaces sont les principaux biens plébiscités. Les studio et T1 représentent 58% des biens loués dans la capitale, devant les T2 (28%), les chambres (7%) et les grandes surfaces (T3 et plus).

Commentaires