2018 commence bien pour les emprunteurs !

Crédit Actu 0

Pas de surprise sur les taux à court terme mais la vigilance s’impose sur les frais de dossiers et la domiciliation bancaire.

iStock

Toujours pas d’inquiétudes sur les taux immobiliers.  A la lecture des premières grilles de 2018 communiquées par les courtiers, le mois de janvier ne connaît pas de variations significatives des barèmes moyens. Quelques baisses peuvent même être observées, notamment ciblées sur les meilleurs profils.

On flirte toujours avec les records

On emprunte aujourd’hui en moyenne autour de 1,2% sur 10 ans, 1,45% sur 15 ans, 1,65% sur 20 ans et 1,9% sur 25 ans. Pour les meilleurs dossiers, les courtiers parviennent à descendre jusqu’à 0,8% sur 10 ans, 1,1% sur 15 ans, 1,25% sur 20 ans et 1,5% sur 25 ans. Des taux qui restent à peine supérieurs aux records observés en novembre 2016 autour de 1,5% pour la moyenne sur 20 ans.

Le contexte est toujours aussi favorable à ce maintien des taux bas pour les emprunteurs avec un coût de l’argent pas loin du plancher pour les banques (OAT 10 ans autour de 0,7%) et une concurrence forte entre les établissements qui gardent des objectifs commerciaux élevés pour capter des clients en 2018.

Changements de règles

Plusieurs éléments sont cependant susceptibles de modifier la donne dans les prochains mois. On attend cette semaine (décision vendredi 12 janvier) le verdict du conseil constitutionnel sur la possibilité de résiliation annuelle de l’assurance emprunteur. En cas de confirmation, les banques vont perdre une source de profit qui leur permet souvent de compenser les décotes accordées sur le taux d’emprunt.

Attention aussi à la mise en place des nouvelles règles sur la domiciliation bancaire qui autorise désormais les banques à obliger l’emprunteur à domicilier ses revenus chez elles pour 10 ans maximum en contrepartie du taux préférentiel accordé. Les frais de la formule bancaire sur laquelle on s’engage sont donc à étudier.

Frais de dossiers

Autre point à surveiller, les frais de dossiers. Le courtier CAFPI constate une augmentation de ces frais de dossiers très souvent facturés par les banques lors de la souscription d’un emprunt immobilier. Le courtier y voit là un moyen pour les banques de compenser leur faible marge sur les taux offerts aux emprunteurs. «Les banques qui n’en pratiquaient pas commencent à les imposer, celles qui les pratiquaient déjà les ont augmentés, voire doublés et il n’y a plus de négociation possible», précise le DG adjoint de CAFPI, Philippe Taboret.

Inflation à surveiller

Pour la suite, Meilleurtaux anticipe des taux globalement stables dans les semaines qui viennent. En se projetant plus loin, CAFPI craint de son côté les conséquences du retour de l’inflation cette année avec comme répercussion une possible remontée des taux directeurs de la BCE. «Dès le second semestre 2018, nous pourrions constater une hausse des taux longs en Europe», estime Philippe Taboret. Il conseille ainsi aux emprunteurs de profiter des premiers mois de l’année pour bénéficier des opportunités qui se présentent à eux, avant une possible dégradation des conditions d’emprunt…

Taux des emprunts immobiliers en janvier 2018
L'Argent&Vous d'après les barèmes des courtiers
Durée d'emprunt10 ans15 ans20 ans25 ans
Taux moyen1,20%1,45%1,65%1,90%
Taux minimum pour les meilleurs profils0,80%1,10%1,25%1,50%
Commentaires
Immobilier
Actu0

De nouveaux progrès dans la maison à énergie positive

A moins de deux ans de l’arrivée d’une nouvelle réglementation thermique pour la construction de logements neufs, les derniers résultats du projet Comepos sont riches en enseignements...

Lire la suite