« Plan d’Epargne Retraite et assurance vie : quelle est la bonne combinaison ? »

Retraite Avis d'Expert 0

Christophe Decaix, Associé Fondateur de 2B Patrimoine

2BPatrimoine

Le sujet Retraite est aujourd’hui médiatiquement mis en avant, avec le projet de loi visant à modifier la retraite par répartition par une retraite universelle. Nous ne rentrerons pas dans ce débat, mais aborderons ici les dispositifs qui permettent de se constituer une retraite complémentaire.

Le Plan d’Epargne Retraite Obligatoire et le Plan d’Epargne Retraite Collectif sont deux dispositifs qui nécessitent la volonté de votre entreprise. Comme auparavant avec l’article 83 qui rentre dans le PER Obligatoire et le PERCO dans le PER Collectif, ces deux enveloppes d’épargne retraite permettent de se constituer un revenu complémentaire pour l’avenir sous forme de rente pour le PER Obligatoire et sous forme de rente ou de capital pour le PER Collectif. Ces deux solutions sont importantes pour vous si votre employeur a mis en place ces dispositifs en votre faveur.

Avantage fiscal du PER individuel

Mais au-delà de ceux-ci, il y a le Plan d’Epargne Retraite (PER) Individuel qui va vous permettre de réaliser plusieurs de vos objectifs patrimoniaux : vous constituer une épargne retraite et un revenu complémentaire pour l’avenir et bénéficier d’un avantage fiscal. Vous pouvez en effet déduire de votre revenu imposable votre cotisation retraite et pour les TNS (travailleur non salarié) cela représente une charge pour votre entreprise.

Comparaison avec l'assurance vie

Notre objectif ici est de vous montrer l’intérêt du PER en terme de capitalisation en comparaison à l’assurance vie. Pour se faire, nous allons partir de l’hypothèse qu’un épargnant salarié, ayant une tranche marginale d’imposition de 30%, place chaque année au sein de son foyer fiscal 10.000 € sur son PER Individuel avec un rendement annuel de 3%. L’avantage fiscal annuel sera ici de 3.000€, ce qui ramène son effort d'épargne à 7.000 €.

Pour comparer avec l’assurance vie, nous retenons la même hypothèse avec un rendement de 3% mais budgétairement, en l’absence d’avantage fiscal, nous retiendrons un versement annuel de 7.000 €. Enfin, pour les deux produits, notre simulation tient compte de frais d’entrée (sur chaque versement) et frais de gestion identiques à savoir 1%.

Un capital supérieur avec le PER

Le résultat et l’écart qui ressortent de ces deux placements sont importants.

Le PER permet donc sur 15 ans de vous constituer un capital de 174.067€ alors que sur l’assurance vie ce capital est de 121.940€. Cette comparaison faite, le PER l’emporte donc sur l’assurance vie. Cet écart résulte de l’avantage fiscal qu’offrent les cotisations versées sur le PER Individuel.

Bénéficier des revenus du capital

Maintenant, interrogeons-nous sur le point suivant : combien de revenu vais-je pouvoir tirer de ce placement. Vous pouvez ici percevoir une rente qui variera en fonction des options que vous retiendrez, réversible, non réversible, progressive, linéaire, etc… Pour le retrait en capital, votre intérêt sur le plan fiscal est d’effectuer des retraits en fractionnant votre capital.

Sur le même schéma que nous avons retenu pour la constitution de cette épargne, jusque l’âge de 85 ans le souscripteur pourra bénéficier d’un revenu de 9.256 € nets par an (soit 185.120 € sur 20 ans) et ce malgré la fiscalité applicable en cas de retrait en capital. A noter que nous avons tenu compte dans nos calculs de la baisse des revenus à la retraite et donc de sa baisse de tranche marginale d’imposition.

Mais attention, vous engager sur un retrait fractionné sur une longue période aura une conséquence, votre capital restant disponible sur votre PER sera transmis à vos bénéficiaires en appliquant la règle de l’assurance vie pour des versements effectués après 70 ans malgré le fait que vos cotisations aient été versée avant 70 ans.

La bonne combinaison

En conclusion, le PER est un excellent placement permettant de se dégager un revenu complémentaire à la retraite, mais si vous avez pour objectif de transmettre à vos enfants ou vos bénéficiaires, l’assurance vie reste la meilleure solution et garde son attrait. Et en fonction de votre situation et de vos objectifs familiaux et patrimoniaux, sachez qu’il est possible stratégiquement de combiner le PER avec l’assurance vie.

Christophe Decaix

Le parcours de Christophe Decaix

Associé Fondateur, 2B Patrimoine

Christophe Decaix, juriste de formation et titulaire d'un DEA en Droit des Affaires, a travaillé dans le courtage d'assurance en qualité de chargé de grands comptes industriels durant 15 années. Il obtient un Master 2 Ingénierie du Patrimoine de l’Université de Toulouse I en 2007. Il fonde alors 2B Patrimoine, cabinet de conseil en gestion de patrimoine, afin d’apporter à ses clients un conseil de proximité et personnalisé.

Commentaires
Epargne
Actu0

La collecte nette du livret A semble ralentir

A fin septembre, les encours du Livret A détenu par 55 millions de Français représentaient quand même un nouveau pactole de 324,3 milliards d’euros...

Lire la suite