« Les placements responsables sont-ils performants ? »

Tendance Avis d'Expert 0

Stellane Cohen, directrice générale d’Altaprofits

Sébastien d’Halloy

La crise de la Covid 19 a mis en exergue un phénomène majeur : les Français s’interrogent ou se réinterrogent fortement sur leur consommation et même leur mode de vie. De nombreux citoyens ont décidé de devenir des « épargnants responsables », en orientant notamment leurs investissements vers des supports en harmonie avec leurs valeurs. Le monde de la finance s’est adapté au besoin grandissant et une nouvelle finance responsable a fait son apparition. Mais une question essentielle demeure : au-delà de l’éthique, les placements responsables sont-ils performants ?

L’empreinte écologique et sociale

Les promesses sont fortes : en épargnant 5.000 €sur les supports à vocation « ISR » (Investissement Socialement Responsable), l’épargnant responsable peut économiser 41 m3 d’eau, soit l’équivalent de la consommation régulière de 275 personnes, ou plus de 1.000 kg de déchets, c’est-à-dire l’équivalent des déchets quotidiens de 778 personnes ! (Source : Pictet Asset Management).

Si l’investisseur particulier d’aujourd’hui contribue à protéger la planète en investissant dans des sociétés qui mettent au point des solutions pour parer aux problèmes environnementaux les plus urgents ou encore dans celles qui cherchent à réduire leur empreinte environnementale, avant tout, il doit clarifier son éthique : “Quelle est ma quête à travers mon placement ?” Préserver la planète, soutenir des populations, obtenir une bonne rentabilité… La réponse à cette question orientera déjà ses choix d’investissement.

Label ISR

L’éthique financière étudie comment différents produits financiers (actions, Trackers, SCPI, OPCI, produits dérivés) ou institutions financières (banques, agences de notation) affectent la justice sociale et les inégalités sociales.

Crée en 2016 à l’initiative du Ministère des Finances, le label ISR définit un équilibre entre quête éthique et rentabilité financière. Dans son développement et son institutionnalisation au sein des marchés financiers, il intègre les mêmes objectifs financiers que la gestion traditionnelle comme l’optimisation du couple rendement /risque. Pour le particulier, le mieux est de préférer les supports d’investissements qui portent ce label car ils sont déterminés selon une méthode dite « de filtrage » : elle sélectionne les entreprises avec une approche de « best pratice » (durables, éthiques, écologiques).

Des placements responsables mais pour quels rendements ?

Prenons le cas de deux supports d’investissement aux ambitions différentes et étudions leurs performances financières et en matière de durabilité. Cette note de durabilité mesure la manière dont les sociétés en portefeuille gèrent les risques ISR/ESG (Environnement, Social et Gouvernance : autant de critères extra-financiers par rapport aux portefeuilles de la catégorie correspondante).

Pictet Global Environmental Opportunities P Eur (LU0503631714) investit principalement dans les actions d’entreprises internationales privilégiant les secteurs de l’énergie renouvelable, le contrôle de la pollution, le traitement des déchets et du recyclage. Son approche active permet à l’équipe de gestion de sélectionner environ 50 à 60 valeurs les plus prometteuses au sein d’un univers d’investissement d’environ 400 entreprises liées à l’environnement sur les marchés développés et émergents. Au-delà de ses performances financières remarquables depuis plus de 10 ans (10,38% annualisées), son approche responsable et durable est une référence.

BGF Sustainable Energy Fund E2 Eur Acc (LU0171290074) investit en actions de grandes sociétés internationales spécialisées dans les énergies alternatives et les technologies de l´énergie, notamment les énergies renouvelables, les combustibles de substitution, la technologie des matériaux, le stockage et le développement de l´énergie. La gestion des risques ESG au sein du fonds est qualifié d’excellente d’après la note de durabilité donnée par Morningstar (1er de sa catégorie). Le fonds a su exploiter ces critères extra-financiers pour créer de la surperformance : 22,78% depuis le 1er janvier et 73,21% sur 5 ans (arrêtées au 22/10/2020).

Gestion pilotée

L’épargnant, qui manque de temps et/ou d’information pour gérer son épargne, peut se tourner vers des gestions pilotées thématiques basées sur la santé, les énergies renouvelables, la biotechnologie.. Le principe de la gestion pilotée est assez simple : après avoir défini son profil investisseur, son projet et son horizon, l’épargnant laissera le soin à un expert de la finance de placer et de gérer son épargne. La gestion pilotée sous mandat thématique, destinée à donner plus de sens à son épargne, est une alternative à la gestion par simple profil de risque.

En conclusion, ce sont quelques idées d’investissement pour allier rentabilité et durabilité ! Souhaitons par ailleurs que la pandémie soit porteuse de transformations durables.

Stellane Cohen

Le parcours de Stellane Cohen

Directrice générale, Altaprofits

Titulaire d’un DESS en gestion de patrimoine de l’Université en sciences économiques de Clermont-Ferrand ainsi que d’un Executive MBA de l’Université Paris Dauphine, Stellane Cohen a une solide expérience en matière d’épargne, de produits financiers et en gestion de patrimoine. Elle a commencé sa carrière en 1987, dans l’un des premiers cabinets en gestion de patrimoine, CAC Conseils, en tant que manager commercial. Appelée en 1995 par Norwich Union (aujourd’hui Aviva France), elle prend la direction de la distribution courtage de la région Paris Ile-de-France. En 2001, elle rejoint Generali France pour lequel elle occupe successivement différentes fonctions de direction.

En 2018, le groupe Generali lui confie la direction générale de sa filiale Cosevad, spécialisée dans la vente directe en assurance vie ; elle fait de la croissance externe un de ses principaux piliers de développement ; c’est ainsi qu’a lieu en janvier 2020 l’alliance capitalistique de Cosevad avec Altaprofits, société de e-courtage spécialisée en assurance vie et première FinTech française, dont elle assure aujourd’hui la direction générale ; elle y conjugue le digital et l’expertise patrimoniale. Entre autres mandats, Stellane Cohen est administrateur du Cercle des épargnants (association d’épargnants).

Commentaires