"Comment ne pas perdre de pouvoir d’achat à la retraite ?"

Retraite Avis d'Expert 0

Serge Harroch, fondateur d’Euclide-Financement

Euclide

C’est une question que l’on se pose régulièrement. Effectivement, préparer sa retraite est devenu l’une des préoccupations majeures des français pour palier la baisse de leurs revenus et conserver leur train de vie. De plus, avec les évolutions démographiques et les incertitudes sur les grands principes du futur système de retraite, les français sont inquiets pour leur avenir et cherchent des solutions pour se constituer un patrimoine et préparer leurs vieux jours. Mais comment procéder ?

Si nous essayons d’identifier les principes de base qui permettent de se constituer une bonne retraite complémentaire, nous pouvons faire plusieurs recommandations :

1. Epargner le plus tôt possible et le plus possible

En effet, plus vous commencez à épargner jeune plus votre effort d’épargne sera productif. L’objectif étant d’avoir le stock patrimonial le plus important à la retraite. L’atout supplémentaire de pouvoir épargner tôt et régulièrement est que vous pouvez vous permettre d’investir sur des supports à risques et recourir aux principes de l’épargne mensuelle régulière qui vous permet de lisser votre risque sur la durée.

2. Recourir à la dette

Quand un investisseur, non héritier, démarre dans la vie, il ne possède que peu d’actifs patrimoniaux. Le crédit est son seul moyen d’investir par exemple dans l’immobilier. Le crédit lui permet d’entrer en patrimoine immédiatement, à un prix connu, un bien immobilier et de le rembourser sur la durée. En effet, plus la durée du financement sera longue moins cela va grever son taux d’endettement immédiat. Il pourra par conséquent emprunter plus. Dans cette optique, organiser la construction de son patrimoine autour d’un endettement à long terme lui permet de maximiser le stock d’actifs disponibles à la retraite pour en vivre sereinement.

3. Travailler son effet de levier le plus tôt possible

Nous subissons tous un facteur inexorable : le vieillissement. Chaque lendemain, nous entraîne dans un monde d’incertitudes où nous ne connaissons pas notre futur état de santé, notre situation financière ou l’évolution du marché de l’immobilier. Il est donc indispensable d’organiser correctement son endettement pour qu’il soit toujours maximal tant que nous pouvons encore emprunter (ici le taux théorique d’endettement n’est pas au cœur de la réflexion : ce qui importe est le reste à vivre acceptable pour l’investisseur).

Le point essentiel à retenir est de toujours emprunter sur les durées les plus longues possibles même si la durée de conservation du bien est plus courte. Cela permet de minimiser l’impact sur le taux d’endettement et donc d’emprunter plus maintenant même si le coût des intérêts est plus important.

4. Savoir arbitrer pour pouvoir rebondir

L’immobilier est un actif comme un autre, il faut arriver dans un premier temps à se séparer de l’affect pour le traiter de manière rationnelle et savoir l’arbitrer.

Une des caractéristiques essentielles du crédit est l’érosion du pouvoir d’achat qui est mécanique puisque nous remboursons la même mensualité tous les mois pour un capital restant dû qui diminue au fil du temps. Il faut donc toujours mesurer la valeur du patrimoine existant, le montant des capitaux remboursés et la capacité d’emprunt de l’instant et rapporter ces chiffres au pouvoir d’achat du moment.

Les investisseurs ayant acquis un bien immobilier de longue date ont tendance à rapporter le montant des loyers perçus aujourd’hui au prix d’achat d’il y a 15 ans. Une approche plus réaliste consisterait à rapporter le montant des loyers nets d’impôts à la valeur de cession nette du bien à ce jour et d’y ajouter la mobilisation inutile de la part de l’actif immobilier remboursé.

En effet, le produit net issu de la vente peut permettre une ou plusieurs nouvelles acquisitions pour des montants supérieurs grâce justement au levier du crédit.

C’est un exercice relativement complexe et peu spontané, mais il permet une réelle capitalisation de ses acquis et donc la consolidation de son stock patrimonial.

Mais s’endetter pour bien préparer sa retraite c’est aussi et surtout s’endetter en préservant son quotidien.

5. Il ne peut y avoir d’endettement sans épargne au préalable

S’endetter intelligemment, est le maitre mot. En effet, même si le crédit est considéré comme de l’épargne à l’envers, il n’est pas simple d’interrompre son remboursement en cas de problème financier, à la différence d’un versement d’épargne volontaire qui peut être interrompu à tout moment.

Il est nécessaire de se constituer une « épargne de précaution », avant d’envisager un investissement patrimonial à crédit.

Lorsque le premier investissement est réalisé, l’investisseur doit être en mesure de remettre en place une épargne supplémentaire, pouvant servir d’apport ou pouvant être substituée à l’ « effort d’épargne » de l’opération (la différence entre le rendement et le coût si elle est négative). Et ainsi de suite…

L’état d’esprit de l’investisseur, s’il désire se préparer une retraite dorée, est d’être en vigilance constante sur sa capacité d’investissement et avoir un jugement critique sur sa situation actif/passif (patrimoine acquis versus endettement) afin d’être toujours investi de manière optimale.

Serge Harroch

Le CV de Serge Harroch

fondateur, Euclide Financement

Serge Harroch débute sa carrière dans le conseil et l’audit des organisations et des systèmes d’informations des entreprises. Il rejoint W Finance Conseil, où il met à profit son expérience en matière d’audit. Il prend rapidement conscience de l’importance de gérer la dette en amont de la gestion de l’actif et il crée en 2010 Euclide. Il est également administrateur de l’ANACOFI IOBSP.

Commentaires
Epargne
Actu0

Les Français continuent à mettre de l’argent de côté

De janvier à avril, ils ont versé plus de 23 milliards d’euros sur les contrats d’assurance-vie, le Livret A et le LDDS, laissant penser que les gains de pouvoir d’achat ont surtout été épargnés.

Lire la suite
Epargne
Actu0

SCPI : la collecte s’envole à nouveau

Après un léger tassement en 2018, les souscriptions sont reparties de l’avant au premier trimestre dépassant les 2 milliards d’euros. Le rendement moyen a atteint 4,5%.

Lire la suite